Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Zanele Muholi

Le combat d"une lionne noire

La photographe et activiste visuelle sud-africaine a su proposer un moment fort au sein de ces 47e Rencontres internationales de la photographie


© Zanele Muholi
© Zanele Muholi
Retour gagnant pour Zanele Muholi avec son dernier projet « Somnyama Ngonyama » qui s'inscrit avec trois autres photographes dans l'exposition « Systematically Open ? Nouvelles formes de production de l'image contemporaine » proposée par la fondation LUMA. Une habituée d'Arles, qui concourrait en 2012 au prix Découverte des Rencontres et participait l'année d'après à l'exposition collective « Transition, Paysages d'une société ». Depuis plus d'une décennie, elle rend visible la communauté LGBTI (Lesbienne, gay, bisexuel, transgenre et intersexe) sud-africaine. Ce qui lui a permis d'obtenir une reconnaissance internationale. Militante, elle a cofondé en 2002 le Forum for the Empowerment of Women à Gauteng pour l'accueil des femmes noires lesbiennes, cibles de discrimination, de violences et de crimes haineux alors même que leurs droits sont garantis par la Constitution sud-africaine qui fête cette année ses vingt ans. L'année 2016 commémore également les quarante ans des émeutes de Soweto et les soixante ans de la marche des femmes contre l'apartheid. Tous ces événements ont inspiré Zanele Muholi pour sa nouvelle série.

Pour « Somnyama Ngonyama », dont le titre est tiré d'une phrase zouloue signifiant « Salut à toi, lionne noire », Zanele Muholi est à la fois commissaire de son exposition, photographe et modèle. La créatrice présente une série d'autoportraits réalisés au fil de ses déplacements de New York à Oslo en passant par Liverpool et chez elle à Johannesburg. Ces autoportraits questionnent la façon dont le corps noir a été représenté en photographie : « Mon approche en tant qu'activiste, résolument personnelle, a été d'affronter les questions de race et l'utilisation de pigments dans les photographies d'archive », précise-t-elle. Coquillages, pinces à linge et autres matériaux enrichissent ses coiffures en soulignant l'importance symbolique de la chevelure dans l'identité sud-africaine. « Le visage noir et ses détails deviennent le centre d'attention, forçant le spectateur à s'interroger sur son désir, en contemplant des images noircies de ma personne ». Chaque photo traduit un fait marquant de l'histoire politique contemporaine de son pays : vingt-deux ans après la fin de l'apartheid, le combat contre toute forme de racisme et d'inégalité reste toujours d'actualité.


Source Le Point Afrique

Roger Maveau/Le Point Afrique
Rédigé le Lundi 16 Janvier 2017 à 21:09 | Lu 2111 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 26 Mars 2021 - 19:59 Fiston MAKETA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter