Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Yuri Buenaventura

Yuri Buenaventura (de son vrai nom Yuri Bedoya) est un chanteur de salsa né à Buenaventura (Colombie) le 12 avril 1961.



Il a pris le pseudonyme de Buenaventura, grand port sur la côte pacifique de Colombie, endroit resté proche des ses racines africaines où on joue un tambour, le cununo, qu’on retrouve, quasi-identique, au Mali.

Le père de Yuri, Don Manuel Bedoya, professeur de musique et de théâtre, lui a transmis sa passion pour la culture.

Yuri a grandi avec la salsa new-yorkaise du label Fania et la chanson engagée de la Chilienne Violeta Parra, du Catalan Joan Manuel Serrat et du Cubain Pablo Milanes.

Yuri a ensuite débarqué à Paris, pour s’inscrire en faculté de sciences économiques de la Sorbonne (université de Paris I). Il y rencontre des français mais plus encore ses frères latino-américains : chiliens, cubains, vénézuéliens, argentins, brésiliens…

Il joue dans le métro et participe à la fièvre latine qui saisit Paris à l’aube des années 1990 : il commence à chanter avec Grupo Caïman, il devient choriste de Mambomania et abandonne ses études d’économie.

En quelques mois, Yuri est l’un des chanteurs de salsa les plus cotés du Paris latino, dont l’épicentre est un dancing de Belleville, La Java, ancien temple du musette.

Il côtoie Camilo Azuquita, Ernesto « Tito » Puentes et le Vénézuélien Orlando Poleo, un des joueurs de congas les plus respectés au monde.

Au sein de l’Orquesta Chaworo dirigée par Orlando Poleo, Yuri franchit un nouveau palier. En juillet 1996, leur concert au festival Tempo Latino de Vic-Fezensac reste gravé dans la mémoire des cinq mille spectateurs qui remplissaient les arènes.

Il rentre ensuite en Colombie pour enregistrer son premier album, Herencia Africana (« héritage africain »), en plusieurs fois, en trouvant l’argent au coup par coup. Au final, Yuri se retrouve perclus de dettes, dans l’impossibilité de sortir son disque.

Mais à Paris, Remy Kolpa Kopoul, de Radio Nova est enthousiasmé par la reprise de Ne me quitte pas de Jacques Brel.

Yuri trouve alors un éditeur, puis un label, sort son disque en 1996, et entre dans l’Histoire : il devient le premier chanteur de salsa à obtenir un disque d’or en France.

Le deuxième album au titre palindrome : Yo Soy (« je suis ») verra le jour entre Paris, Cali et Porto Rico. Publié au printemps 1999, y figurent un duo avec Faudel (Salsa-Raï), une participation du fabuleux pianiste Papo Lucca, des reprises d’Elton John, la Mano Negra, Michel Legrand.

En 2001, il compose la bande originale du film Ma femme s’appelle Maurice de Jean-Marie Poiré avec Régis Laspalès et Philippe Chevallier, ainsi qu’Anémone, Martin Lamotte, Virginie Lemoine…

En 2002, il est invité par le groupe de rap cubain Orishas sur le titre 300 kg de rap. Il les invitera à son tour sur son album suivant sur le titre Donde Estarás.

En 2003 sort son troisième album, Vagabundo, enregistré à San Juan : Yuri s’est entouré de quelques-uns des meilleurs musiciens de l’île : Roberto Roena, leader de l’orchestre Appolo Sound, plusieurs membres d’El Gran Combo, dont le chanteur Jerry Rivas aux chœurs, et un invité de marque pour deux duos : Cheo Feliciano, l’une des voix mythiques de la Fania All Stars.

Son ambition est de faire une musique honnête qui nous fasse danser, sans nous faire oublier que l’on doit réfléchir sur la réalité du monde d’aujourd’hui. Mi America a la mission de faire connaître l’histoire de son peuple, de faire entendre la parole des poètes (avec un hommage à Pablo Neruda).

Source Wikipédia

Last fm
Rédigé le Samedi 6 Décembre 2008 à 23:21 | Lu 2910 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 3 Septembre 2020 - 22:38 Quibdó Africa Film Festival 2020

Dimanche 13 Octobre 2019 - 23:03 Quibdó África Film Festival

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter