Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Yo Majesty / Futuristically speaking... Never be afraid

Shunda K, Shon B, Jwl.B

Certes outre-Atlantique, y’a du monde derrière le trio féminin. Et ce depuis un EP en 2006 et un tour avec CSS ou Gossip. Mais ici en France, pas foule. Et pourtant.


Yo Majesty
Yo Majesty
Shunda K, Shon B, Jwl.B viennent de Tempa Bay, Floride-ouest, et là bas ça bounce au berceau. Entre l’église, le ghettoblaster et le club miteux, il n’y a qu’un pas. Club Action, l’un des premiers singles dispos à l’époque éclatait déjà l’équation : « fuck dat shit, Fuck dat shit », sur une veille basse salement slappée, et trois voix qui martèlent des rimes sous speed made in Florida. Un peu comme une Kid Sister éjectée de son nails shop pour allez se noircir les griffes et se frotter le fessier au plancher d’un vieux club crasseux.

Fucked Up ouvre l’album (à sortir en septembre, normalement baptisé Futuristically speaking... Never be afraid ). En gros imaginez PJ Harvey revenant d’une session de Uh Huh Her et qui aurait une casserole d’amour à éclater sur la gueule d’un quidam. N’importe qui. Vous. Du punk sous l’emprise d’un Scottie B ou d’un Rod Lee, soit un relent étrange de mélodies, de fausses notes d’ASR-10 pitchées et de raps oxydés. Oxydés, c’est le maux. Pas d’air à l’écoute de cet album oppressant tant les trois dames balancent avec la légèreté d’un Rick Ross courant son cent mètres. Chaque track atomise la suivante. Prenez Don’t Let Go : on a tendance à imaginer que les 3’57 secondes de morceau pourraient bien donner des vocations à bien des demoiselles. On a Tina la tigresse, toute chevelure eighties à gauche, et des harmonies vocales suintantes et un mceeing bien bouncy à droite (et bien calé, comme on dit là-bas). Salt + Peppa, à l’époque ça vendait. J’imagine les deux new-yorkaises sur des riddims crunky du type….

Produit par David Alexander et Richard Winstanley (le duo Hard Feelings UK), les raps bien stéroïdés de Shunda K. and Shon B. (qui formaient au départ -2000- le duo Yeah Majesty), rejoint par l’élégance soul de Jwl B, forment aujourd’hui la moelle de ce qu’on pourrait qualifier de « Ass Music ». C’est funk, presque Go-Go (Get Down On The Floor), parfois punk, voire post-punk (mais pas trop). Bref Yo Majesty invente la post booty-music, celle qui fait le pont entre CSS, Tina Turner, Diplo, les Caraïbes, Bob The Equalizer, les rythmes 8-bits, Switch et les Fools Gold actuels. Un album éprouvant.

Source http://www.90bpm.net

Lux pour 90bpm.com
Rédigé le Mardi 26 Août 2008 à 02:24 | Lu 2417 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter