Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Yaa Gyasi, écrivaine:

“Je suis Ghanéo-Américaine. Suis-je Noire ?”

Née au Ghana et arrivée aux États-Unis à l’âge de deux ans, l’écrivaine Yaa Gyasi ne se considérait pas comme une Africaine-Américaine. Jusqu’au jour où elle a ouvert les yeux.


The blazing success of Yaa Gyasi's "Homegoing"
The blazing success of Yaa Gyasi's "Homegoing"
La première fois qu’on m’a traitée de nègre, c’est aussi la première fois qu’on ne m’a pas appelée ainsi. J’avais 8 ans et j’habitais dans un immeuble de Jackson, dans le Tennessee. J’avais deux amies, noires elles aussi, qui vivaient dans le même immeuble. Un jour, alors que nous étions en train de jouer dans la cage d’escalier, deux garçons blancs sont arrivés et nous ont arrosées avec leur pistolet à eau en criant “Nègres !”.


Mes deux amies ont explosé. Moi, je n’ai rien dit. Ma famille m’avait inculqué l’idée que j’étais différente des “Noirs américains”, un groupe qu’elle classait en dessous des “Blancs américains”. Nous ne voulions nous identifier ni aux uns ni aux autres. Sur notre échelle de valeur, les Ghanéens étaient les meilleurs et toutes les autres catégories arrivaient loin derrière. J’étais en train de me dire que ces garçons ne pouvaient pas s’adresser à nous quand l’un d’eux, semblant lire dans mes pensées, m’a lancé : “Pas toi.”

Dans ma logique d’enfant, j’ai cru que ce garçon voulait me récompenser de ma bonne conduite. La leçon de tout cela semblait être que, tant que je me comporterais [...]

C’est l’une de ces sucess-stories comme le monde de l’édition aime en écrire outre-Atlantique. À 26 ans, débarquée de nulle part, cette Américaine d’origine ghanéenne “a obtenu une avance sur droits d’auteur à sept chiffres” pour son premier roman, raconte Time. Sorti en juin 2016, Homecoming (“Retour au pays”, inédit en français) explore, sur huit générations, l’héritage de l’esclavage de chaque côté de l’Océan, au Ghana et aux États-Unis. La critique américaine a salué l’ambition du projet. Et la National Book Foundation a distingué Yaa Gyasi en septembre 2016 dans sa liste annuelle des cinq jeunes auteurs les plus remarquables. “Je voudrais que nous puissions commencer à envisager notre histoire sur un plus long terme et comprendre comment elle influe sur la façon dont nous traitons les gens aujourd’hui”, confie l’auteure au site africain-américain.


Source Courrier International

The Root
Rédigé le Mardi 25 Octobre 2016 à 17:07 | Lu 352 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mardi 7 Novembre 2017 - 19:16 ROKHAYA DIALLO

Mercredi 29 Novembre 2017 - 17:46 SONJA WANDA

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube




Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube