Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Winnie HARLOW

L'égérie de Desigual atteinte de vitiligo

La mannequin canadienne Chantelle Brown-Young, alias Winnie Harlow, est atteinte de vitiligo, la même maladie que Michael Jackson, entrainant une dépigmentation de la peau. Portrait de l'égérie Desigual.


Winnie Harlow © Desigual
Winnie Harlow © Desigual
Winnie Harlow, de son vrai nom Chantelle Brown-Young, est une mannequin canadienne de 20 ans. Egérie de la marque espagnole Desigual, elle pose aussi dans la campagne Diesel printemps-été 2015. Trois choses à savoir sur la top atteinte de vitiligo.

Elle a été repérée sur Instagram
Durant son enfance, Chantelle Brown-Young est le souffre-douleur de ses camarades de classe, qui la traitent de "zèbre" ou de "vache". Pensant -à tort- que sa maladie est contagieuse, certains refusent de s'asseoir à côté d'elle. "A partir du moment où on a commencé à me faire des remarques, j'ai réalisé qu'il y avait quelque chose en moi qui n'était pas comme les autres", explique-t-elle au New York Post. A 17 ans, elle quitte l'école, part travailler dans un centre d'appels, s'inscrit sur Instagram pour tuer le temps. C'est là que Tyra Banks, membre du jury de l'émission America's Next Top Model, la découvre. "Je n'avais jamais vu un vitiligo aussi symétrique!", lance-t-elle lors de son casting. "C'est magnifique!"

Bien qu'éliminée du concours, Winnie Harlow se fait remarquer des professionels de la mode. Le photographe Nick Knight la fait travailler le premier lors d'un shooting pour ShowStudio. Elle apparaît dans les magazines confidentiels Dazed & Confused et i-D. En 2014, un contrat publicitaire la met sous le feu des projecteurs: Desigual en fait son égérie. Déjà vue dans une publicité de l'hiver dernier, elle pose de nouveau dans la campagne printemps-été 2015, et défilera pour la marque de prêt-à-porter espagnole à la Fashion Week de New York, le 12 février. "Desigual est atypique, c'est sûrement pour ça qu'ils ont pensé à moi!", admet-elle, lucide.

"Je ne suis pas un monstre"
Née à Toronto en 1995, Chantelle Brown-Young est atteinte de vitiligo depuis l'âge de quatre ans. Cette maladie auto-immune cause une dépigmentation partielle de la peau. Son corps rejette la mélanine, pigment biologique qui détermine la couleur de l'épiderme, entraînant la formation de tâches blanches sur certaines zones. "C'est la même maladie que Michael Jackson", résume-t-elle sur Thoes girls are wild, la chaîne Youtube de sa copine Shannon, qui en fait le visage de sa marque de bonnets "Natural Me". "Mon système immunitaire s'auto-détruit. Mes cellules meurent. Cela ne me fait pas mal. Certains ont la peau blanche, d'autres noire, j'ai les deux. Je ne suis pas un monstre."

Elle assume sa différence
Winnie Harlow bouscule les codes habituels. "L'industrie de la mode a désormais une nouvelle muse qui redéfinit les canons esthétiques de la beauté": c'est ainsi que le site de TED Teen présente Winnie Harlow après sa conférence intitulée "Mon histoire est peinte sur mon corps". "J'ai réalisé que je voulais entrer dans un moule qui n'était pas fait pour moi", se souvient-elle, fébrile. "Je veux aider les gens qui ont des 'défauts' à accepter leur différence." Sur son compte Instagram, la jeune femme invite ses fans à plus de tolérance. "Ne me soutenez pas parce que suis atteinte de vitiligo, mais parce que je suis un être humain, et parce que nous sommes égaux. Personne n'est parfait. Nous voulons tous être aimés."

Source lexpress.fr

Par Mathilde Laurelli
Rédigé le Mercredi 4 Février 2015 à 07:21 | Lu 23479 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 27 Février 2015 - 10:11 Pourquoi ce match Fespaco - Nollywood ?

Mercredi 2 Décembre 2015 - 08:37 RESTEZ CONNECTÉ(E)

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter