Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Wilfried N’sondé

Un espoir pour la littérature francophone

Le 26 septembre 2007 va rester une date mémorable non pas seulement pour Wilfried N’sonde, mais pour ceux qui suivent à la loupe l’actualité littéraire francophone. Pour cause le cœur des enfants léopard vient de redorer une fois de plus la littérature congolaise avec le prix des cinq continents.


Wilfried N’sondé
En effet ce roman publié aux éditions Actes du sud en France retrace l'histoire d'un jeune homme qui vient de connaître une première deception sentimentale. Devant cette permière déchirure, il perd tout contrôle de lui-même, et commet l'irréparable. Il se retrouve par la suite en garde à vue. Seule dans sa cellule, il ne peut compter que sur sa mémoire, celle ci en effet lui fait revivre tous les souvenirs possible, elle lui parle comme quoi pour le conseiller. Mais le clou de tout, c'est la voix des ancêtres qui résonne soudain et qui finit par s'imposer, une voix qui redessine une autre Afrique sublimée. Une voix qui redonne l'espoir à ce peuple meurtri par tant des desastres.

Pour les congolais cette consécration a suscité un réel engouement.
Dans toutes les administrations le nom de Wilfried N’sondé était sur la sellette.

Achille Ambere, chef de service des actions promotionnelles et communautaires au ministère de la santé, des affaires sociales et de la famille pense que Wilfried N’sonde est un symbole d’émancipation et un espoir pour la littérature congolaise. Ce sont des jeunes à encourager.

Justement, le président de la République du Congo , dans son message sur l’état de la nation devant les parlementaires, a rendu un hommage vibrant non seulement à Alain Mabanckou, récipiendaire du prix Renaudot 2006, mais aussi à Wilfried N’sondé.

Deux écrivains comme d’autre qui contribuent au rayonnement de la littérature congolaise.

Le cœur des Enfants Léopard est un roman atypique non pas seulement pour sa trame, mais pour son coup de force, pour sa force de persuasion et wilfried N’sondé, avec ce premier roman, a su bien dire les mots avec ses forces tirées de son terroir.

Ce roman était concurrencé par d’autres pas de moindre. Au nombre d’eux, on peut citer Kébir M. Ammi, Le ciel sans détours, Éditions Gallimard, France, Jean-Pierre April, Les ensauvagés, Éditions XYZ, Canada-Québec, Djilali Bencheikh, Tes yeux bleus occupent mon esprit, Éditions Elyzad, Tunisie, Dai Sijie, Par une nuit où la lune ne s'est pas levée, Éditions Gallimard, France, Léonora Miano, Contours du jour qui vient, Éditions Plon, France, Marie Ndiaye, Mon cœur à l'étroit, Éditions Gallimard, France, Joseph Ndwaniye, La promesse faite à ma sœur, Éd. Les Impressions nouvelles, Belgique.

Alain MABANCKOU, récipiendaire du prix des cinq continents 2006, dans ce qu’il a appelé Lettre au jeune romancier adressé naturellement à Wilfried N’sondé, a dit : «… Toutefois, c’est d’une oreille qu’il faut entendre ces louanges, l’autre devant être tendue vers les muses qui t’inspirent les vrais sons, ceux-là qui hissent l’artiste vers des sommités incommensurables… »
Wilfried est donc là interpellé à travailler davantage pour continuer à brûler et atteindre des hautes sommités.
Le congo, mieux l’Afrique a besoin des véritables défenseurs pour contribuer à son rayonnement.
Si en économie, l’image de l’Afrique n’est pas trop reluisante, en littérature, l’Afrique trouve véritablement son compte.
Dans le même contexte, Alain Mabanckou va plus loin en écrivant :« C’est donc dire, Cher Cadet, que le chemin des Lettres est long. Tu le parcours avec ta force, ton endurance. »
Le prix des cinq continent crée en 2001 par l’Agence gouvernementale de la francophonie est doté d’une somme de 10.000 euro. Il a pour objectif de mettre en lumière des talents littéraires reflétant l'expression de la diversité culturelle et éditoriale en langue française sur les cinq continents. Il consacre un roman d'un écrivain témoignant d'une expérience culturelle spécifique enrichissant l'expression de langue française.

Actuellement Wilfried N’sonde vit en Allemagne.

De Genséric Fresnel BONGOL TSIMBA
Correspondant permanent de basango.com au Congo

De Genseric Fresnel TSYMBHAT-BONGAUL
Rédigé le Jeudi 8 Novembre 2007 à 18:58 | Lu 2542 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter