Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Who is "GASANDJI"

L’African jazzy-soul « Je chante pour soigner les âmes »


Née en République Démocratique du Congo, Gasandji, qui signifie « Celle qui éveille les consciences », nous insuffle comme un mystère la dimension sacrée de sa musique et de son chant. Elle défend de façon naturelle une certaine idée d’Africanité, mais au-delà de tout cela une vraie idée d’Humanité...

Ces premières expériences scéniques se passent en tant que Danseuse Chorégraphe, aux côtés d’Artistes tels que : Mc Solaar, Princesse Erika …Quand on lui demande pourquoi elle chante, elle nous parle d’amour et d’espérance, elle est comme ça Gasandji, l’affectivité de l’âme Est rentrée dans le corps en fertilisant des ramages de passion et de désir au jus métissé de tradition et de modernité. L’Afrique surgit tandis qu’elle nous enlace avec sa voix porteuse d’influences Jazz Soul et Reggae. Gasandji « éveille les consciences », c’est écrit. Pas étonnant qu’on succombe à sa grâce lorsqu’elle nous guide vers ses racines, Son désir d’amour, et l’espérance qui l’obsèdent. Elle chante pour soigner les âmes Parce qu’elle croit aux Hommes, et cette force Singulière jaillit sur scène dans une saillie surprenante où la voix et le texte sont furieusement amoureux. Et si le public affamé d’abandon, succombe inévitablement c’est peut-être qu’on n’a pas l’habitude de croiser des Artistes comme celle-ci. Gasandji à consommer sans modération.

GASANDJI
Rédigé le Samedi 7 Septembre 2013 à 10:13 | Lu 834 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Août 2021 - 21:11 KM4 Blues (extrait...)

Vendredi 16 Juillet 2021 - 12:33 Spot QAFF 2021

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter