Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Venezuela

Premier Congrès de l’Africanité à L’Université Simón Rodríguez à Guárico

Les étudiants et les autorités de l’université Expérimentale Simón Rodríguez (Unesr) ont débattu sur la multipolarité et le rapprochement des peuples du Sud, particulièrement avec les peuples africains.


San Juan de Los Morros, 27 Juin

Venezuela
Le débat a eu lieu lors du premier Congrès de l’Africanité dans l’état de Guárico, afin de promouvoir parmi les étudiants de l’établissement les racines historiques et la diversité culturelle de l’Afrique.

L’inauguration de l’événement le mercredi 27 juin à San Juan de Los Morros a pu compter sur la présence du recteur de cet établissement, Manuel Mariña, du secrétaire général du gouvernement, Orlando Zambrano, et de la directrice de la zone Éducative de Guárico, Ana Marcano.

Durant son intervention, le recteur de la Unesr, Manuel Mariña, a indiqué que l’inauguration de cette chaire Afrique libre (Cátedra África Libre) obéit à un accord souscrit avec le Ministère du Pouvoir Populaire pour les Relations Extérieurs (MRE).

L’accord envisage la discussion des approches sur la multipolarité et le rapprochement avec les peuples du sud, particulièrement les peuples de l’Afrique.

«Pendant de nombreuses années, nous les vénézuéliens, tout en étant des descendants directs des africains, nous avions le dos tourné à leur réalité et nous ne connaissions pas des pays comme le Togo et encore moins des zones comme le Swaziland», a indiqué le recteur.

«Nous les afrodescendants avons toujours eu une relation directe avec l’Afrique et c’est pour cela qu’il est nécessaire de connaître à fond leurs caractéristiques, leurs manifestations culturelles et leur population», ajoute Mariñas.

Entre temps, le secrétaire général du Gouvernement de l’État de Guárico, Orlando Zambrano, a souligné le fait que ce Congrès servait de tribune pour la discussion des véritables racines du vénézuélien.

Il a affirmé que des activités comme celle-là vont donner une vision beaucoup plus large aux étudiants de cette université autour de l’origine africaine que les latinoaméricains ont en eux et permettra l’émergence d’un plus large débat sur ce que doit être le nouveau pays.


Il a de même souligné l’importance pour les universités vénézuéliennes de débattre sur ce qui est véritablement important pour eux en terme de citoyenneté.

Cette chaire libre cherche vise à reconnaître l’héritage historique auquel appartiennent les afrodescendants et permettra d’examiner la présence du fait africain au quotidien.

Parmi les axes thématiques qui seront développés par cette initiative académique se trouvent la diaspora africaine depuis les premiers temps de l’humanité, le processus historique des afrovénozuéliens indigènes et les perspectives des afrodescendants face à la montée de la globalisation.

Le congrès se tiendra jusqu’à ce jeudi 28 juin, le jour ou l’intervention de Mohamed Khelladi, l’Ambassadeur d’Algérie au Venezuela est attendu , de même que les rapports d’éminents spécialistes de la culture africaine comme Luis Abad et Jesús García.



Traduit de l’Espagnol par Guy everard Mbarga



http://www.abn.info.ve/go_news5.php?articulo=96213&lee=18


Guy Mbarga
Rédigé le Lundi 9 Juillet 2007 à 15:56 | Lu 1392 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 16 Juin 2020 - 21:41 Somos Cultura de Resistencia

Mardi 16 Juin 2020 - 21:34 EL QAFF tiene rostro de mujer

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter