Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Un enfant, un certificat de naissance


Jovago.com, le numéro un de la réservation d’hôtels en ligne en Afrique et l’UNICEF ont signé depuis le mois d’Octobre un partenariat dont le but est de défendre les droits des enfants et d’assurer l’enregistrement officiel des naissances en Afrique. L’enregistrement des naissances est un acte obligatoire, qui permet aux enfants l’accès aux soins, aux services de protection sociale ainsi que le droit de se présenter à des examens académiques. Mais au-delà de cet aspect, le fait de connaitre l’âge des enfants est crucial, car il permet d’éviter la marginalisation l’exploitation de ces derniers (mariages de mineurs, trafic d’enfants, exploitation sexuelle). Et en cas de conflit armé dans un pays, le certificat de naissance constitue souvent un moyen idéal pour aider à la reconstitution des familles dispersée.

L’enregistrement des naissances en Afrique est une préoccupation majeure pour l’Unicef. Selon les chiffres fournis par l’organisation, près de 200 millions d’enfants de moins de 5 ans n’ont pas cette opportunité car leur naissance n’a jamais été officiellement enregistrée.
Pour s’assurer que les enfants bénéficient de ce droit et de cette protection, l’UNICEF et Jovago, ont mis à disposition un processus d’enregistrement simple et efficace en termes de coûts, grâce à l’utilisation des technologies mobiles et internet. Pour renforcer cette coopération, Jovago.com, reversera à l’UNICEF 5 dollars à chaque réservation effectué avec le code : « UNICEF », l’objectif étant de recueillir la somme de 100.000 dollars afin de développer davantage d’actions dans les pays africains qui accusent des retards dans le processus d’enregistrement des naissances.

Ce partage par Jovago de la vision de l’UNICEF, qui est de défendre les droits des enfants et leurs offrir les conditions d’un monde meilleur, traduit l’engagement du site numéro un des réservations d’hôtels en ligne en Afrique. Pour les dirigeants de jovago.com, il s’agit d’une première action qui devrait se poursuivre pour le bien de l’Afrique.

A propos de AIG
Africa Internet Group met en place et accélère le passage à l’internet en Afrique, aussi bien au niveau de la population que de la culture. Le groupe est à la tête de compagnies internet à succès qui boostent l’évolution de la culture en ligne de l’Afrique. AIG représente un groupe de 9 compagnies, à forte croissance, dans plus de 25 pays africains et compte sur une équipe de plus de 3000 collaborateurs. AIG a à cœur de développer l’entreprenariat et apporte avec elle tous les éléments nécessaires afin de construire de grandes compagnies: équipe, concept, technologie et capital. Son réseau de compagnies inclut JUMIA, Kaymu, Hellofood, Lamudi, Carmudi, Zando, Jovago, Lendico and Easy Taxi.

A propos de Jovago
Jovago.com est un service de réservation d'hôtel en ligne dont les sièges sont à Lagos (Nigeria), Nairobi (Kenya), Dakar (Sénégal). Fondée par Africa Internet Group, et ayant MTN et Millicom comme principaux investisseurs, Jovago.com, premier portail de réservation d’hôtel en ligne sur le continent Africain, propose à ses utilisateurs la meilleure expérience de réservation d’hôtel avec des services rapides, transparents et faciles à utiliser. Jovago.com compte plus de 20.000 adresses d'hôtel à travers l'Afrique et plus de 200.000 hôtels dans le monde.

Armand Kambou
Rédigé le Jeudi 29 Janvier 2015 à 10:33 | Lu 328 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter