Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Un Mémorial pour l’Esclavage à New York

Un cimetière des Esclavisés classé monument historique

Le président Bush a déclaré monument historique une partie du cimetière des esclaves de l’ère coloniale dans le Lower Manhattan, première étape de la construction d’un mémorial pour les esclavisés africains américains de New York. Les progrès dans l’élaboration d’une conscience universelle du crime contre l’humanité qu’ont représenté l’esclave et la traite négrière avancent, portés par des militants afro-descendants de plus en plus au fait des procédures institutionnelles, et de par la socialisation de la nécessité de ce travail de mémoire au-delà des cercles engagés.


Slave Cemetry
Slave Cemetry
Un mouvement de fond quelques fois imperceptible et la présence d’Afrodescendants mêmes dociles dans les organes de décision américains, sert involontairement la fin progressive de l’oubli construit.

Au cours du 18ème siècle en effet on évalue à 20 000 le nombre d’esclavisés et de noirs libres qui furent enterrés dans cet espace de 0,2 hectares, inclus dans un vaste domaine historique national. Le monument permettra «aux visiteurs de mieux comprendre et honorer la culture et les contributions vitales de générations d’Africains et d’Américains d’ascendance africaine à notre nation » a déclaré le président américain GW Bush lors de la signature de cette décision le 27 février 2006.

Le Secrétaire à l’Intérieur, Gale Norton a affirmé que le mémorial améliorerait la connaissance de la dette de New York à l’esclavage des Africains, en saluant la participation des Noirs à la construction et l’établissement de la ville.
«Ils ont construit le mur de Wall Street», « ils étaient charpentiers, boulangers, et forgerons » précisa la Secrétaire à l‘Intérieur.

L’histoire de mémorial à venir commence en 1991 avec la découverte du site funéraire lors de travaux de construction près de City Hall. L’ensemble du site, de 3 hectares environ fut classé site historique national en 1993. Le cimetière avait été fermé en 1794 et était tombé dans l’oubli, enfoui à plus de 6 mètres sous terre par des constructions. Plus de 400 dépouilles ont été retrouvées, dont la moitié appartenant à des enfants. Beaucoup de ces corps ont laissé apparaître les souffrances et marques physiques douloureuses liées à la condition d’asservis, malnutrition, fractures, arthrites, ...

Cette démarche devra se généraliser, idéalement dans un programme intégré, national au moins qui prendrait à sa charge d’harmoniser, de rationaliser l’ensemble des recherches et procédures de classement au regard de l’histoire, des enjeux de l’enseignement, de l’accroissement de la conscience universelle et d’une reconstruction identitaire non traumatique des Africains Américains et Africains du monde plus globalement. L’érection de ce monument mémoriel, à New York, symbole de la reconnaissance visible de l’histoire négrière et de ses contributions au monde contemporain, est un signe que les efforts des générations anciennes n’ont pas été vains, ils devront être poursuivis par les acteurs politiques et associatifs avec le bénéfice des erreurs et succès des Anciens.


SourceAfrikara.com

Ze, Ali Beng / Afrikara.com
Rédigé le Lundi 6 Mars 2006 à 20:50 | Lu 3219 commentaire(s)





1.Posté par Line HILGROS le 19/02/2007 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ici aussi, en Guadeloupe, notre comité a travaillé sur l'édification d'un mémorial musée, seulement n'étant pas libre de nos actes nous avons dû soumettre notre projet à une institution. Le Président de la Région Victorin LUREL, nous a suivi et a pris en charge en tant que maitre d'oeuvre la construction de ce mémorial-musée. Ce projet ne nous appartient plus désormais, mais au moins il avance. Espérons qu'au moins un de nos architecte sera retenu, car nous avions déjà tout fait, il ne manque plus que l'édification.
"Fo mémwa maché pou konsyans vansé" = Il faut que la mémoire fonctionne pour que les consciences avancent .
Fos pour tous les frères et soeurs qui lisent ces pages. L.H


À lire aussi :
< >

Lundi 9 Mars 2015 - 07:02 Aké Béda

Mercredi 4 Février 2015 - 14:33 Nappy, ce mouvement conquérant de la planète afro

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube




Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube