Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Toussaint Louverture

VINT TOUSSAINT

Un grand homme est mort déporté ce 7 avril 1803 au Fort de Joux. Il s'appelait Toussaint Louverture. Né esclave en 1743, Toussaint Louverture a été le grand libérateur de Haïti.


Toussaint Louverture
Toussaint Louverture
Vint Toussaint...
Quand Toussaint vint,
le ciel gronda, la terre trembla, la mer vibra.
Au même son : liberté.
Quand Toussaint vint,
on sut qu'il faudrait se ramasser et marcher.
Marcher à travers des chemins rudes et durs,
marcher à travers des chemins sinueux et rocailleux,
marcher à travers des chemins sablonneux et herbeux
les chemins de l'émancipation humaine.
Gare aux pieds nus, gare aux pieds doux.
Quand Toussaint vint
il ouvrit l'horizon;
on l'appela Toussaint Louverture.
De bandes d'esclaves il fit une armée, d'une jacquerie une révolution,
d'une colonie une nation, d'une population un peuple.
Diderot avait écrit prémonitoirement : " Il ne manque qu'aux nègres qu' un chef assez courageux pour les conduire à la vengence et au courage.
OÙ est -il ce grand homme que la nature doit peut-être à l'honneur de l'espèce humaine ? "
Vint Toussaint.
Toussaint Louverture.

David Gakunzi
Rédigé le Mercredi 2 Avril 2003 à 00:00 | Lu 2368 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter