Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Total apporte 5,6 millions d’euros pour les startups africaines


Vue du siège de Total à la Défense, en région parisienne. © Jacques Brinon/AP/SIPA
Vue du siège de Total à la Défense, en région parisienne. © Jacques Brinon/AP/SIPA
Lancée début novembre, l'initiative « Startupper de l’année par Total » entend soutenir de jeunes entreprises dans une trentaine de pays africains, sans distinction de secteur d’activité.
Le groupe pétrolier français Total prévoit d’allouer chaque année 3,7 milliards de francs CFA (5,6 millions d’euros) pour financer les startups africaines. Ainsi, début novembre, la compagnie a lancé un jeu concours dénommé « Startupper de l’année par Total » dans 34 pays africains.

Financements
« Par cette initiative, Total envisage d’apporter un financement aux jeunes entrepreneurs dont les idées et plans d’affaires meurent par faute de financements », a déclaré Philippe Boisseau, le directeur marketing, services et énergies renouvelables de Total, lors d’une conférence organisée ce mercredi à Abidjan.
Les entrepreneurs candidats à ce concours doivent remplir trois conditions : « Il faut avoir 35 ans, une startup de moins de deux ans, créative en termes d’innovation, de compétitivité, et qui soit un potentiel pourvoyeur d’emplois », explique Philippe Boisseau.
Les candidatures seront closes le 31 janvier prochain et les vainqueurs connus au plus tard le 05 mai 2016.

Par Baulieu Mieu
Rédigé le Jeudi 26 Novembre 2015 à 06:46 | Lu 3416 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:09 Sandy Mayetela

Vendredi 13 Novembre 2015 - 13:09 Congo

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter