Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Tiken Jah Fakoly

2002 : FRANCAFRIQUE

Tiken Jah Fakoly est la nouvelle figure emblématique du reggae africain. Elevé dans la région d’Odienné, au nord-ouest de la Côte d’Ivoire, le jeune Moussa Doumbia, alias Tiken Jah Fakoly, se passionne, très tôt, pour les rythmes chauds du reggae. Excellent danseur, mais piètre élève, Tiken Jah Fakoly passe plus de temps sur les pistes de danse des fêtes de villages qu’à étudier.


Tiken Jah Fakoly
Fou de musique, Tiken Jah Fakoly monte, rapidement, son premier groupe de reggae. Repéré par un producteur, lors d’un concours musical organisé en Côte d’Ivoire, il enregistre, en1993, ses premières cassettes. La même année, le décès du président Houphoüet-Boigny anéantit les populations africaines et un deuil national est proclamé. Pendant ces trois mois, les radios ne furent autorisées qu’à diffuser des airs religieux. C’est dans ce climat hostile que paraît le premier disque de Tiken Jah Fakoly qui passe entièrement inaperçu et tombe aussitôt aux oubliettes.
Quelques mois plus tard, Tiken Jah Fakoly réitère l’expérience, mais vainement et, une fois de plus, sans succès.

En 1997, Tiken Jah Fakoly porte un regard plus lucide sur son pays et choisit de s’engager politiquement. Il dénonce les abus et les faiblesses, s’insurge contre les politiciens et inscrit sa révolte dans ses textes. Avec l’aide financière de quelques amis, il entre en studio et enregistre son premier album engagé " Mangercratie ". Le succès est immédiat en Côte d’Ivoire et dans de nombreux autres pays d’Afrique. Sa notoriété dépasse même les frontières du continent Africain pour s’imposer dans de nombreux pays francophones. En 1998, Tiken Jah Fakoly est sollicité par un grand label qui lui propose de produire ses albums en France.

Fort de ses précédents succès, Tiken Jah Fakoly revient avec un nouvel album " Françafrique ", enregistré dans les studios mythiques de TUFF Goong à Kingston, en Jamaïque. Tiken Jah Fakoly signe un album engagé, évite les poncifs, sort des sentiers battus et parle avec discernement de son pays .
S’il est la nouvelle référence en matière de reggae, il est aussi un jeune talent à découvrir et à encourager.

basango
Rédigé le Mercredi 19 Février 2003 à 00:00 | Lu 486 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter