Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Tidiane Diakité

L’Afrique expliquée

Tidiane Diakité, professeur agrégé d’histoire, et Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques, totalise plus de trente années d’enseignement. Malien par ses origines et formé en France Tidiane Diakité incarne une synthèse féconde des deux cultures. L’auteur de ce livre est aussi celui de nombreux ouvrages sur l’Afrique et les questions relatives au développement. Il mène une recherche également sur d’autres sujets : école, immigration, religion et société...


Tidiane Diakité
Tidiane Diakité relève ici un défi, celui de satisfaire un grand besoin d'information sur le continent africain, son histoire et même sa situation actuelle, exprimé par les jeunes. Pour ce faire, il répond aux questions " hors programme " de jeunes collégiens et lycéens.

Il nous faut bien convenir, au fil de la lecture, que ce questionnement n'est pas seulement celui des jeunes, mais celui de beaucoup de Français, adultes et détenteurs du droit de vote, ignorant les réalités de ce continent ou ne les percevant qu'à travers des images télévisuelles. Les questions des jeunes, toujours directes et sans diplomatie, exigent des réponses claires et objectives. Le sujet est si vaste que les réponses fournies ne constituent pas des exposés complets, mais les bases indispensables d'une réflexion, voire d'une recherche plus profonde que le lecteur aura envie d'entreprendre après avoir lu ce livre. Ces bases manquent trop souvent à tous ceux qu'un public interpelle au sujet de l'Afrique pour répondre avec clarté.

L’Afrique expliquée, réponses aux questions des jeunes est aussi un document utile à tous les pédagogues en même temps qu'un chef-d'œuvre de communication.

Ouvrage édité par Editions Cultures Croisées
1 Av. Maurice de Vlaminck – Pav. 64
77680 Roissy-en-Brie

http://www.ed-cultures-croisees.org


ISBN : 2 913059-26-0
Prix : 19 euros

Anne-Marie Hochet
Rédigé le Mardi 19 Décembre 2006 à 19:19 | Lu 2039 commentaire(s)





1.Posté par sekou diakite le 22/11/2008 02:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour c est ton neuve a paris


À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter