Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Thierry Moungala

Conseiller à la jeunesse


De Savorgnan de Brazza au néo-colonialisme ?

Les cendres du colonisateur Pierre Savorgnan de Brazza viennent d’être transférées d’Algérie au Congo, à Brazzaville, la ville qu’il a fondée après avoir pacifié la région et obtenu par traité, en 1880 puis 1882, qu’elle devienne colonie française, jetant ainsi les bases de la future AEF.

Un drapeau français jeté sur sa dépouille, en présence du ministre fançais des Affaires étrangères, le cercueil porté par des marins congolais.

Evidemment, la polémique enfle devant une telle initiative. Pourtant, pas autant qu’on aurait pu le croire : à l’heure où il fait bon de hurler contre les méfaits de la colonisation, il eut été normal de vouer aux gémonies un homme qui a eu le mauvais goût de mettre fin à l’esclavage et de développer soins de santé et accès à l’éducation dans cette partie de l’Afrique. Les protestations ne viennent d’ailleurs pas unanimement des Africains : sont venus assister à la cérémonie les présidents du Congo, bien sûr, mais aussi du Gabon et de la Centrafrique, et tous ont financé le mémorial.

Sur place, quelques-uns critiquent certes cette concession faite à un homme qui reste un "colonisateur", aussi humain fut-il. Peut-être aussi digère-t-on difficilement la gabegie d’une statue de huit mètres de haut, de marbres et de néons.
Mais je relève dans un article de Libération une perle qui vaut le coup d’être notée : «Nous ne sommes pas contre Brazza, la colonisation a eu des aspects positifs pour notre pays (entre parenthèses, lui il a le droit de le dire, il n'aura pas de procès), résume Fabrice, 25 ans. Mais on vit dans le présent.
On voudrait pouvoir avoir des visas et voyager. La France peut peut-être nous aider.»

Vous traduisez ? Si la France veut continuer à payer pour l’Afrique elle est toujours la bienvenue, nous n'avons pas tant à nous en plaindre ! Aujourd’hui, nous sommes indépendants, nous ne parlons plus de colonisation, c’est du passé, on ne peut plus défendre une chose pareille, n'est-ce pas, et c’est tant mieux. Le présent c’est notre indépendance. Mais si la France veut toujours nous soutenir financièrement, ma foi, ce n’est pas de refus.
Comme quoi les appels au « néo-colonialisme » ne sont pas forcément le privilège d’infâmes blancs dominateurs et capitalistes…


Source RESPUBLICA NOVA DES PISTES POUR DEBATTRE GEOPOLITIQUE

Propos de Oriane
Rédigé le Jeudi 4 Janvier 2007 à 19:20 | Lu 1644 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mercredi 15 Août 2018 - 00:44 MIXTON

Jeudi 7 Juin 2018 - 22:01 Como una Mirada

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS




MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.



App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube



www.wilfridmassamba.com


Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube