Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Thelonius Monk

TENDED FINGERS

Born on October 10, 1917 in South Carolina, Monk which has just died out this 17 February 1982 was a pianist with the single style. He was the iniator of the "bop".


Monk
Monk
Monk liked to collect the hats and the berets.
And to the small finger he carried as a talisman an enormous ring.
In the life as with the piano all at his place was odd For a concert he could unload bottom of the room by making a completely useless turning.
Then with a hat on the head, he advanced towards his piano by posing a foot in front of the other with such precautions that he was thought that he went on minefields.
Prophet of the inatendu, unforeseeable with the least word, the least gesture, he was he also with the least agreement. Run up against harmonies, silences continuous sentences...
Tended fingers, He had an original way to crush the keys to obtain an acid, cruel, strong sonority which defied the imitation.
With the piano he was always there to dispute the melody, the harmony and the rhythm.

basango.com
Rédigé le Jeudi 14 Avril 2005 à 00:00 | Lu 2137 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter