Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

The Ragga Twins

Ou quand l'Angleterre inventait la jungle

Badman et Deman Rockers sont un peu des légendes en Angleterre. Sound legends, héros jump up et party rockers depuis 30 ans. Où quand la drum’n’bass n’existait pas. On dira même qu’au milieu des années 80 ils formaient avec euphorie le plus massif combo d’Angleterre, Unity Sound, dont les cassettes s’arrachaient jusqu’en Jamaïque. Jusqu’à ce que les deux rencontrent une autre paire, SUAD, soit Shut Up And Dance, producteurs d’une musique aux bpm surélevés, harcore-jump, la drum du néolithique en sorte.


The Ragga Twins
The Ragga Twins
Le chat des Ragga Twins assuré sur un riddim junglist, c’est un peu la marque de fabrique d’un old-school qui fait plaisir. C’est ce qu’on retrouve en partie sur cette sélection des excellents Soul Jazz Records, toujours au taquet quand il s’agit d’aller se salir les mains dans l’obscur de catalogues délaissés ou de wax exclusives. Ragga Twins Step Out ! Birth Of A Sound est la petite tuerie de ce début d’été, (sortie le 30 juin) car si nombreux morceaux sont déjà bien connus, de bonne raretés (Iron Lady et Hard Drugs) viennent allégrement relever la sauce.

Bref, pour les fans de Massive B, d’early digital, de jungle bien ruff, comme pour ceux qui kiffaient les rudies gimmiks de Boogie Down Productions au début des années 1990.
Nb: On notera que SJR avait déjà mis en avant pas mal de titres "anthems" jungliste sur un Rumble In the Jungle sorti l'an dernier.

Source http://www.90bpm.net



90bpm
Rédigé le Vendredi 4 Juillet 2008 à 16:37 | Lu 3681 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter