Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

The Abyssinians

The Abyssinians est un groupe de reggae, formé par Bernard Collins et Donald Manning en 1968, rapidement rejoints par le frère du second, Linford. Ces trois jamaïquains enregistrent le classique Satta Massagana en 1969 à Studio One pour Clement Dodd. Mais le producteur ne crut pas au potentiel commercial du titre.


The Abyssinians
The Abyssinians
Des paroles rastafariennes issues de l’Ancien Testament chantées en amharique accompagnées par des percussions nyabinghi donnèrent les bases du reggae roots. Le groupe forma deux années plus tard, leur label Clinch et ils rachetèrent le morceau à Coxsone. Ce fut très rapidement un succès. Leurs premiers albums Satta Massagana, Forward on to Zion et Arise furent des compilations de singles.

Parmi leurs titres les plus célèbres on peut citer : Satta Massagana, Y Mas Gan, Declaration of Rights dont les riddims sont des standards du reggae.

Les Abyssinians sont un des trios les plus célèbres de l’histoire du reggae. Formé en 1968 par Bernard Collins, Donald Manning et Linford Manning, ils furent inspirés par les grands chanteurs de soul américaine tels que Sam Cooke ou Curtis Mayfield. Rappelons qu’à l’époque la radio jamaïquaine passait presque uniquement des titres américains. Bernard Colllins était même passionné par Elvis Presley (on le surnommait Presley à l’école).

Du côté reggae, les artistes de l’époque Alton Ellis, Delroy Wilson et Ken Boothe bercèrent le trio. La carrière des Abyssinians est atypique puisqu’ils vont rencontrer très vite un succès mondial avec leur titre Satta Massagana. Ce dernier est le premier morceau produit par Bernard Collins, en 1969, sur le label qu’il venait de créer, Clinch (du nom du symbole Black Power). Il est intéressant de noter qu’à l’époque de l’enregistrement du morceau chez Studio One, Clement Coxsone Dodd fit payer seulement 70 pounds pour la location du studio.

Leur second gros tube fut Declaration of Rights. Nous sommes en pleine époque de la lutte des Noirs pour s’émanciper du joug de la bourgeoisie blanche de l’île. Ce morceau fut très bien accueilli en Jamaïque. Très influencé par la philosophie rasta, le trio produira essentiellement des textes « conscious ». Dans la discographie du groupe on retiendra particulièrement les albums Satta Massagana (sorti en Europe sous le titre Forward on to Zion), Forward, Arise. Ces albums sont, depuis, entrés dans l’histoire du roots reggae comme des incontournables. C’est à la suite de ce dernier album (Arise) que Bernard Collins quitte le groupe. Donald et Linford sont rejoints à l’époque par leur frère Carlton. Il semble que la brouille ait porté sur les royalties de Satta. Il faut dire que ce morceau fut l’un des plus remixés, que cela soit en version dub ou en riddim. Ainsi, des artistes de toutes les époques ont posé sur ce riddim, que cela soit Big Youth, Augustus Pablo, Sizzla, Capleton, Shabba ranks, I Roy… Les choses se sont depuis arrangées, le trio s’est reformé et on a pu l’applaudir lors d’une grande tournée en 2003.

Source http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Abyssinians

Last fm
Rédigé le Mardi 2 Décembre 2008 à 15:36 | Lu 2872 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:35 Sammy Baloji

Samedi 11 Juillet 2020 - 23:49 MED'INNOVANT AFRICA

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter