Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

TERRA TERRE

EUGENE N'SONDE

De la surface terre, Eugène N’Sondé en est l’arpenteur qui s’enchaîne à ses frères dans l’articulation de leur exode, de leur exil. De ses compatriotes congolais, il en est la voix qui laisse parler ses mains pour nous conter leur mise à terre. La voix sans détour d’une voie sans retour ! Nature de l’âme n’sondienne, la terre est la forme visible pour accrocher le regard afin qu’il recouvre la mémoire collective de la longue errance de ces apatrides victimes des guerres fratricides, ce sournois mal ethnique.


TERRA TERRE
TERRA TERRE
Sous des doigts de fée, avec l’esprit humain, le cœur d’un père et l’âme artiste, la terre qui coule dans les veines de N’Sondé fait acte de chair et prend corps. Ainsi naît son Humanité terra terre dans une sculpture qui ne porte que deux couleurs, l’une physique, l’autre métaphysique. En allant au plus profond de la matière, Eugène N’Sondé fait pousser et vivre près de lui celles et ceux qui furent poussés loin de chez eux.

À la fois espace mental, espace physique, espace de la sculpture, ses œuvres sont le phénix des hôtes de sa terre. Et le sculpteur en dérobe le feu pour attiser notre esprit sur un monde qui existe, celui inhumain infligé par les humains et sur un monde qui n’existe plus, celui de ses pairs déportés, empêchés de vivre sur leur lieu de naissance. Les pigments sont certes un état de ce qui est la réalité des souffrances d’une nation rongée par la belligérance civile mais la terre nous montre aussi sa viduité dans ses réels dommages collatéraux : un sol bafoué, miné, pillé, pollué. Et si l’artiste prend un peu de leur terre ce n’est pas pour la suicider mais pour ériger la verticalité de la vie, celle de ces pèlerin(e)s de l’exil aux pieds nus qui, pour sauver leur peau, lorgnent du côté de l’effroi et qui, pour demeurer entre eux, guignent un terreau hostile où ils ne sont pas invités, s’avançant ainsi dans le sens contraire de la marche de leur pays, à rebours de leur patrie.

Effacement des sujets, les corps deviennent écriture irréductible. Et l’on peut lire cette gestuelle comme une indexation du réel d’un peuple tyrannisé, assigné à résidence mais hors de lui. Alors, épreuve physique, la terre, réceptrice de la sculpture, devient la nouvelle carte des corps humains qui reste conditionnée à cette géographie heimatlos, leur substitutive nation au ciel de leur légitime nomadisme qui guide nos pas dans la diaspora noire, interrogeant également la propre négritude de l’artiste. Dans leur départ d’une vie qui s’écroule, dans leur avenir qui ‘fout le camp’, l’exode est résistance immobile. La terre, écho sculptural d’un état de ces êtres inquiets d’être qui se lovent dans leur nostalgie, qui se terrent dans leur(s) attente(s) et qui, dans l’écoulement des évènements, se tiennent à l’écoute des respirations d’espoir comme des tumultes de Brazzaville, pour une décision capitale. Avec sa révolte terrienne à la cruauté, l’artiste n’a pas besoin de la parole pour défendre la cause noire et relever son Afrique terra terre. Dans leur malheur statufié, Eugène N’Sondé fait devoir de sculpture qui, elle, nous donne une leçon d’humilité, une leçon d’humanité, une leçon d’être.


la-tete-de-lart@cegetel.net

Christian-Benoît Lannes
Rédigé le Mardi 5 Décembre 2006 à 00:00 | Lu 4184 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter