Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Stevie Wonder

A time 2 love

Après dix ans de silence, le génial enfant de la Motown signe son grand retour… qui s’annonce fracassant.


Stevie Wonder
Stevie Wonder
DIX ANS se sont écoulé de puis Conversation Peace , sa dernière signature discographique en studio et Stevie Wonder n’a pourtant jamais quitté totalement l’actualité musicale.
Son empreinte dépasse largement le cadre de ses seules productions et plus le temps passe, plus, comme pour Ray Charles , tout le monde mesure le caractère unique de son œuvre et son rayonnement dans la musique populaire comtemporaine. Aussi, que se soit par la multitude de ses descendants Dwele, Musiq, Glenn Lewis, Bilal ou de ses fans Alicai Keys, Jill Scott, John Legend, son nom revient au premire rang des influences, des tenant de la nu-soul notemment.
Les six titres seulement offert a notre curiosité avant la sortie mondiale de A time 2 love , son nouvel enregistrement, vont justifier son statut de monstre sacrée. Si la qualité mélodique, la voix incomparable et la joie incroyable qui se dégage dès que cet homme ouvre la bouche, subjuguent autant, la production, hyper-moderne, va surprendre. Du single « What The Fuss » avec Prince à la guitare, et les filles d’En Vague aux chœurs, un son quasi-P-Funk atomique derrière ( avec un klaxon en écho !), à l’euphorisant « Positivity » très Motown, l’ex-enfant prodige terrasse les doutes laissés par ses derniers disques. À cinquante-cinq ans, son message reste engagé, utopiste, contagieu. Stevie Wonder démultiplie – il joue de tout, batteri, basse, clavier, et signe la production - , et rassemble autour de lui India Arie, sa fille Leisha, pour qui il écrivit « Isn’t she lovely ?» ( il y a 29 ans). Si les quatorzes titres que compte ce nouvel opus sont tous de la trempe de la superbe ballade jazz True Love, ce retour sera l’événement 2005. Surtout qu’une tournée mondiale devrait suivre.

Romain Grosman / vibrations.ch
Rédigé le Mercredi 11 Mai 2005 à 14:30 | Lu 3556 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter