Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Stevie Wonder

MASTER BLASTER

Multi-instrumentiste exceptionnel et formidable chanteur, Stevie Wonder est une figure majeure de la soul et de la musique funk de ce siècle.
Né le 13 mai 1950, un mois avant terme, il fut rendu aveugle par l'oxygène de la couveuse.


Stevie Wonder
Stevie Wonder
Stevie Wonder, de son vrai nom Steveland Morris, naît le 13 mai 1950 à Saginaw aux Etats-Unis. Il commence à enregistrer à 11 ans pour le label Motown. Il sort en 1962 l'album The Jazz Soul of Little Stevie Wonder. En deux ans, il devient un des plus grands artistes du label Motown en composant de nombreux singles à succès. A la fin des années 60, il ne se contente plus de squatter les charts, il compose également pour d'autres artistes de Motown tels que The Spinners (It's a Shame) et Smokey Robinson (The Tears of a Clown). Au début des années 70, il signe à nouveau chez Motown mais oblige le label à lui laisser une entière liberté artistique et les droits de ses chansons. Stevie Wonder sort alors les albums Where I'm Coming from (1971) et Music of my Mind (1972). Suivent les opus Talking Book (1972) et Innervisions (1973) plus complexes et plus inventifs. Stevie Wonder poursuit sa carrière avec Fulfillingness First Finale (1974), Songs in the Key of Life (1976), Journey Through the Secret Life of Plants (1979) et Hotter Than July (1980). Durant les années 80, il signe la ballade à succès I Just Call to Say I Love You. En 1991, suit l'album Jungle Fever puis, quatre ans plus tard, Conversation Peace. En 1999 parait At The Close Of A Century

Basango.com
Rédigé le Samedi 17 Mai 2003 à 00:00 | Lu 965 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Vendredi 3 Janvier 2020 - 00:33 Jeune, noire, avant-gardiste

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter