Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Spike Lee

Des italo-américains contre une intervention publique

Ils contestent la façon dont sont dépeints selon eux les italo-américains dans certains de ses films, et veulent l'empêcher d'intervenir à un événement en mémoire de Martin Luther King Jr organisé par une université de la banlieue de Chicago.


Spike Lee
Dans le cadre d'une semaine dédiée à Martin Luther King Jr, le réalisateur Spike Lee devait participer à un événément organisé dans une université de la banlieue de Chicago. L'événement "An Evening with Spike Lee" est prévu le 18 Janvier prochain. L'Italic Institute of America (IIA) tente de faire pression pour que l'événement n'ait pas lieu. Selon Bill Dal Cerro le président de ce groupe, la façon dont les italo-américains sont dépeints dans les films de Spike Lee est contraire à la réalité, et en conflit avec le message d'unité du Pasteur King. Selon Bill Dal Cerro "Spike Lee s'exprimant lors d'un événement en mémoire du Dr King c'est comme avoir Maury Povich (animateur de talk-show NDLR) comme intervenant surprise à une convention sur les Mariages Heureux".

L'association a par le passé lancé des campagnes contre les médias et personnalités qu'elles suspectaient de donner une image négative des italo-américains. Elle a eu en particulier l'occasion de critiquer Spike Lee pour l'image des italo-américains dans ses films Do The Right Thing, Summer of Sam, Jungle Fever, ou Miracle at St Anna (jamais diffusé en France) dont l'histoire se déroule en Italie.

Ted Slowik, responsable des relations publiques de l'université s'est exprimé sur le sujet: "Spike Lee compte venir. Une des raisons pour laquelle nous invitons des intervenants comme Spike Lee est que nous voulons donner à nos étudiants l'opportunité de réfléchir et de discuter des problèmes de races et d'activisme social, des sujets que Spike Lee a traités dans ses films. Notre université a une longue tradition d'établissement de ponts entre les cultures, et la visite de Martin Luther King Jr sur notre campus en 1960 est l'un des nombreux exemples montrant que notre université, durant ses 150 années d'existence, a organisé des forums incitant à la réflexion et au dialogue".

Par Rédaction Grioo.com
Rédigé le Vendredi 11 Février 2011 à 09:05 | Lu 965 fois | 0 commentaire(s)


Tags : spike lee




À lire aussi :
< >

Mardi 25 Octobre 2016 - 17:28 Série. “Atlanta” :

Vendredi 8 Avril 2016 - 18:11 Driss Homet

Sous le manguier | Mots d'ailleurs | Tout converge









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter