Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Soul

Nathaniel Mayer, The King Of Paradise

Le chanteur de detroit revient avec une compilation de soul mâtinée de psychédélisme.


L’histoire de Nathaniel Mayer débute en 1961 sur Fortune. Parent fauché de la Motown de Gordy, le label a notamment révélé des vocalistes comme Andre Williams ou Nolan Strong and The Diablos. Du hit “Village Of Love” à “From Now On” en passant par “I Had A Dream”, sa trajectoire se voit aujourd’hui résumée sur (I Want) Love And Affection (Not The House Of Correction). Sous-titrée Savage Soul From The Streets Of Detroit, cette compilation de Nathaniel Mayer and His Fabulous Twilights, également accompagné de l’orchestre maison The Fortune Braves ou The Filthy McNasty Group, tombe à point nommé pour mesurer le chemin parcouru depuis le Village de l’Amour.

En retour, Nathaniel “Nay Dog” Mayer interroge. Why Don’t You Give It To Me ? est le titre du second album depuis le come-back de 2004, mais d’abord une lente descente dans une jam rhythm’n’blues psychédélique, découpée en chansons avec des musiciens d’Outrageous Cherry, The Witches ou The Black Keys. Le chanteur y rappelle qu’il peut tout faire mais, en s’humectant régulièrement la bouche, qu’il a aussi traversé deux décennies un peu à la rue. Plus blues d’outre-tombe que soul teenage, la voix supplie parfois, constate aussi. Pas de la performance, toujours du vécu, l’aspect direct de la musique prime et le son général n’a finalement guère changé. Un classique du futur, dédié à James Brown que Nate appelle the King of Soul. En 2007, la couronne du King Of Paradise revient bien à Nathaniel Mayer.

ALBUMS

Why Don’t You Give It To Me ?, (Alive/Differ-Ant)
(I Want) Love And Affection (Not The House Of Correction), (Vampi Soul/Differ-Ant)


Source http://vibrationsmusic.com

PAR VINCENT HANON
Rédigé le Samedi 12 Janvier 2008 à 18:58 | Lu 1512 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter