Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Sisters in Law

Un documentaire intelligent et instructif sur la question du genre en Afrique

Il est rare que des documentaires sur la condition féminine en Afrique réussissent à s’affranchir des prénotions du regard extérieur, souvent chevillé à l’expérience émancipatrice occidentale ou féministe. Sisters in Law a le bon goût de tenir le réalisme d’une condition défendue en dehors de toutes incantations idéologiques et des profusions de leçons de morale.


Sisters in Law
Sisters in Law
Il est question de femmes de droit, engagées d’abord dans leur métier, la défense des citoyens qui se trouvent être des citoyennes, et qui mettent à cette fin toute leur énergie, leur bonne foi, sans effets de manche et ni exagérations à destination de l’œil voyeur de la caméra «des blancs».

Le cadre d’une petite ville du Cameroun en Afrique centrale, Kumba marquée linguistiquement par la domination anglaise, loin des centres urbains hypertrophiés que sont Douala et Yaoundé, permet de mieux isoler la problématique de genre des maux et du foisonnement latéraux.

Qu’il s’agisse de maltraitance d’épouses, dans un environnement islamique où le divorce est presque impensable, de l’exploitation de la petite enfance soumise à servitude, de cas de viol pédophile, le documentaire montre des femmes, des hommes acteurs de leur destin. Aucun manichéisme ne vient parasiter les images et leur interprétation n’en est que plus optimiste. En effet des femmes de droit, aux antipodes des profils classiques des oligarques des pays en développement, comptes en banques ambulants mus exclusivement par les rentes et les positions sociales, opposent une résistance contextuelle à la domination masculine, à l’obscurantisme, aux violences maquillées en coutumes.

Elles y mettent un talent et une persévérance qui vont au-delà d’une solde de fin mois, ce qui donne à leurs luttes sans idéologie une authenticité, une simplicité recouvrant une grandeur d’âme appréciable.

Vera Ngasa, avocate et conseillère d’Etat et Béatrice Ntuba juge, pourraient passer pour les héroïnes de ce film de près de deux heures de temps, mais le courage des accusatrices, fillettes ou majeures et toutes les femmes qui sous cape insufflent leur procuration de combat aux plaignantes est à relever.

Kim Longinotto et Florence Ayisi qui réalisent ce film n’auront pas usurpé les nominations et divers prix que leur travail engrange depuis sa parution en 2005 : prix CICAE festival de Cannes en 2005, sélection officielle au festival du film de Telluride et de Toronto, prix du festival du film d’Amsterdam en attendant la suite de la moisson.

Un film à voir, en fermant les yeux sur l’accoutrement colonial des professionnelles de la justice camerounaise, affublées de robes et perruques léguées par la présence positive anglaise et française en Afrique subsaharienne, au Cameroun.

Source Afrikara.com

Ze
Rédigé le Mardi 14 Mars 2006 à 20:41 | Lu 2278 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Lundi 16 Janvier 2017 - 20:54 "Racines", un remake événementiel

Lundi 14 Décembre 2015 - 14:47 Spirita NANDA

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter