Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Shamarr Allen

Le jazz de New Orleans à Pointe-Noire

Shamar Allen et son groupe les « Underdawgs » seront à Pointe-Noire du 7 au 10 juillet 2015, ils sont invités en tant qu'ambassadeurs culturels pour le Département d'État des États-Unis. Il y aura une série de rencontre avec les artistes locaux pour un échange culturel et surtout musicale, la ville de Pointe-Noire étant jumellée à la ville de New Orleans.


Shamarr Allen © DR
Shamarr Allen © DR
La musique a toujours fait partie de la vie de Shamarr Allen pour aussi longtemps qu'il s’en souvienne. Un prodige de la musique, les gens ont toujours reconnu en lui son extraordinaire talent de musicien. Shamarr a collaboré avec de grands noms de la musique comme Patti LaBelle, Lenny Kravitz, Harry Connick Jr., Branford Marsalis, il a enregistré en studio avec des légendes de la country comme Willie Nelson, Ray Prix, Leon Russell, et REM. Ses compositions personnelles incluent la musique pour les Saints de la Nouvelle-Orléans, "Bring Em To The Dome".


En 2011, Shamar et son groupe les « Underdawgs » ont été invités à visiter le Kazakhstan et le Kirghizistan en tant qu'ambassadeurs culturels pour le Département d'État des États-Unis. Encore une fois en 2012, les Underdawgs ont de nouveau été invité par le Département d'Etat pour l'Asie centrale, ils ont visité le Kazakhstan et le Turkménistan. En 2012, Shamarr a été représenté sur l'affiche Congo Square des Festivals New Orleans Jazz & Heritage. En 2013, le groupe a été honoré d'être invité à se produire au John F. Kennedy Center for the Performing Arts, le centre national pour les arts de la scène à Washington, DC. Parmi toutes ces belles prestations, Shamarr confesse qu’un de ses moments préférés était le jour où il a été choisi pour être le premier trompettiste à jouer l'hymne national pour le Président Barack Obama. En fin de compte, il a joué pour le Président à deux reprises, la seconde fois c’était avec Harry Connick Jr. à la Maison Blanche.

Dernières album
Son nouvel album, 504-799-8147, met en valeur son immense diversité musicale. Combinant des éléments de hip hop, rock, soul, pop et il délivre un bon coup de poing puissant de plaisir, de la bonne musique, et le genre de mélanges de son original, hip-rock. Rempli de nouveaux classiques, Rock Star Typique, énonce que vous ne serez pas attraper Shamarr en jeans skinny, eye-liner ou aucun des signes extérieurs de rockers prévisibles. Une nouvelle version de Party All Night ravira à coup sûr les nouveaux et anciens fans, tandis que Whatever You Wanna Do est un nombre rock sondage alternatif avec une étonnante trompette solo de guitare-amplifié. Shamarr a toujours fait "son propre truc," qui est seulement One4 pour de nombreuses raisons son album ne contient pas de chansons de couverture et seul matériau d'origine. «Je vais juste continuer à faire ma propre musique, je crois que la création de la nouvelle musique est tout aussi important que l'improvisation live." Comme l'étoile de Shamarr Allen ne cesse de briller, il est évident que tout ce qu'il met à faire sera juste comme sa musique : unique et inoubliable.

Source shamarrallen.com

WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Mercredi 17 Juin 2015 à 14:43 | Lu 1126 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:35 Sammy Baloji

Samedi 11 Juillet 2020 - 23:49 MED'INNOVANT AFRICA

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter