Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Seun Kuti

L'autre fils...

« Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or »
Ce fameux vers de Baudelaire pourrait servir de devise à la famille Kuti, de père en fils.
Leurs chansons ne parlent que de corruption, d’ignorance, de maladie, de misère et de pollution, de tous les maux qui ravagent l’Afrique contemporaine…Mais ils réussissent à en faire de vrais trésors musicaux, flamboyants, jubilatoires et irrésistiblement dansants.


Seun kuti
Seun kuti
Seun Kuti est le plus jeune fils de Fela Anikulapo Kuti. Seun Anikulapo Kuti a commencé à apprendre le sax et le piano à l'âge de 8 ans et a fait ses premiers pas sur scène à 9 ans avec son père. Fela Anikulapo Kuti était le musicien le plus populaire du Nigéria, renommé pour ses chansons épinglant la junte militaire et les politiciens vénaux de son pays. Fela a créé un nouveau modèle de la musique, l' Afrobeat, qui a dominé la scène populaire de musique à Lagos depuis le début des années 70.
Seun Kuti est accompagné par le groupe de son père Egyt 80.
Avec son premier album "Many things", Seun Kuti insuffle une vie nouvelle à l'Afrobeat et à l'héritage de son père.

Apprêtez-vous donc à danser comme des fous sur les malheurs de l’Afrique, c’est le sujet !
Et surtout, n’hésitez pas, dansez et écoutez, car c’est ainsi que s’exprime l’Afrique.
Manu Dibango, ami de Seun Kuti, dit que « les plus belles fleurs poussent sur le fumier ».
Les chansons de Seun comme celles de son père Fela sont de ces « fleurs du mal » écloses dans la merde, celle de la lagune nauséabonde de Lagos, la plus invivable mais la plus vivante des villes, la plus humaine, que Seun Kuti, comme son papa, ne quitterait pour rien au monde !

L’illustre famille des Ransome Kuti appartient au peuple Yoruba, le plus nombreux du Nigeria. Ils se disent descendants d’Odudua, demi-dieu fondateur au XII° siècle du Royaume d’Ifé. À sa mort, ignorant la coutume du droit d’aînesse, Odudua légue le trône au dernier-né de ses fils, le plus capable et intelligent. Depuis, les Yoruba ont un respect particulier pour les plus jeunes. Or Seun Kuti, né en 1982, est le benjamin des trois fils reconnus par Fela…

Source www.myspace.com/seunkuti

seun kuti
Rédigé le Mardi 16 Décembre 2008 à 23:03 | Lu 1861 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 26 Août 2021 - 18:12 Dulcie September

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter