Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Séminaire Échanges Afro-latinos

Exclusion et inclusion affirmatives en Colombie et en Amérique Latine

Rio de Janeiro, 01/08/07 – Dans le cadre du premier panel du Séminaire International Intercâmbios Afro-Latinos(Échanges Afro-latinos Diagnostic et Perspectives pour la communauté Noire en Amérique Latine ), qui s’est tenu ce matin (mercredi 1er août) a eu lieu le débat autour de la Perspective Afro-Latine et la présentation des expériences en éducation et inclusion raciale en Colombie.


Séminaire Échanges Afro-latinos
Séminaire Échanges Afro-latinos
Lors de son exposé, la professeure Fanny Milena Quiñones, de l’Université Pédagogique Nationale de Colombie a présenté les nombreuses actions réalisées par un groupe des professeurs, lesquels agissent pour l’implantation de l’enseignement de la culture afro dans le réseau public de Bogotá a capitale du pays.
La Colombie manque toujours, selon l’éducatrice, de représentations publiques pour l’augmentation de l’inclusion de la population noire. Selon elle, le noir est encore représenté dans les livres scolaires avec des aspects inférieurs et l’éducation reste eurocentrique.

Fanny a évoqué un épisode promu par la communauté noire en novembre 2005, lorsqu’elle a organisé l’envahissement d’une église catholique à Bogota, exigeant l’inclusion d’actions politiques et sociales en faveur des afro-colombiens, qui, selon l’éducatrice représentent 26,5% de la population colombienne. Après le Brésil, la Colombie est le pays de l’Amérique Latine possédant le plus grand nombre de noirs dans sa population.
Le professeure Wilmer Villa, de l’Université Distrital da Colômbia, a animé la discussion autour du racisme et de la discrimination dans le contexte historique. Son exposé a abordé l’importance de la parole et également de la mémoire dans le cadre de la culture sociale, laquelle fut et est représentée dans l’histoire de la Colombie et de toute l’Amérique Latine dans une optique de discrimination, ségrégation et infériorisation du noir, comme un être incapable d’effectuer des études moyennes et supérieures.

L’invisibilité médiatique et ses discours furent également présentés lors de l’intervention du professeur Morgan N´Gom, de la Morgan State University de Baltimore, Etats-Unis. Le Professeur Morgan a souligné dans son exposé que dans le même temps qu’on observe les pratiques racistes, on observe également de nombreuses avancées dans en ce qui concerne le thème de la discrimination. En prenant l’exemple des actions médiatiques, il a pris le cas du magazine Newsweek, qui sur plusieurs de ses couvertures présente le citoyen noir comme objet discriminé et inférieur. Une des interrogations du professeur sénégalais est relative à l’intense questionnement à la société du media nord américain, car il pose la question de savoir si les noirs ayant réussi sont ou non véritablement noirs.



Reportage: Oscar Henrique Cardoso, ACS/FCP/MinC



Traduit du Portugais par Guy Everard Mbarga

www.palmares.gov.br

Par Guy Mbarga
Rédigé le Dimanche 5 Août 2007 à 23:44 | Lu 1330 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 16 Juin 2020 - 21:41 Somos Cultura de Resistencia

Mardi 16 Juin 2020 - 21:34 EL QAFF tiene rostro de mujer

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter