Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Sekou Touré

LA GUINEE VOTE

Le 28 septembre 1958, la guinée vote " non " au référendum sur la communauté française " proposé par le pouvoir colonial.
Ce vote va ouvrir la voie des indépendances africaines. L'artisan de ce Nom est un ancien syndicaliste du nom de Sekou Touré.


Sekou Touré
Sekou Touré
Noir dans sa robe blanche, Sekou Touré martèle chacun de ses mots, échos d'une Afrique humiliée réclamant sa dignité : " Nous avons un induscutable besoin, celui de notre dignité. Et il n'y a pas de dignité sans liberté. Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l'esclavage. " A ses côtés, pâle, fatigué, le général de Gaulle est touché par les rafales d'acclamation qui montent du fond de la salle. La Guinée d'accord avec Sekou Touré voetra " Non " au référendum.

Par david Gakunzi
Rédigé le Mercredi 17 Septembre 2003 à 00:00 | Lu 1675 commentaire(s)


Tags : sekou touré



À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter