Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Sardoine Mia

La langue des oiseaux


Sardoine Miabanzila
Sardoine Miabanzila
Sourire éclatant, voix douce, mains qui bougent au rythme de ses histoires, Sardoine Mia est une jeune artiste née et élevée au Congo. Son intérêt et sa passion pour l'art ont été plus fort que ses études en finance et comptabilité.
Elle a commencé à travailler comme artiste en 2017. Sardoine Mia est une artiste autodidacte : « Je voulais aller à l’école de peinture de Poto-Poto à Brazzaville, mais quand j’ai vu ce qu’ils faisaient je n’ai pas aimé. Je voulais quelque chose de plus ouverte, de plus extravagante, quelque chose qui est plus proche de l’art contemporain. »
Au fil du temps, elle a abandonné le support de la toile classique pour commencer à peindre sur des feuilles de plastique et des matériaux recyclés. Sardoine Mia est une femme simple, discrète et cette simplicité e discrétion trouve son expression maximale dans le choix de couleurs neutres qui rappellent la couleur de la terre et de l'or. Les sujets humains, les animaux, les plantes et les objets du quotidien sont méticuleusement représentés dans une combinaison de beauté et d'agressivité. Les peintures l'acrylique, les marqueurs, le fusain et l'encre ouvrent la voie vers une technique de peinture unique en son genre.
Les oiseaux en particulier sont une présence prédominante dans les œuvres de Sardoine Mia. Les oiseaux, créatures animales, sont dépourvus d'écriture, chacun de leurs cris passe par des gazouillis. Un gazouillis qui, s'il est entendu, se transforme en paroles chantées qui atteignent le cœur.
« Il y va-t-il un moment particulier de la journée où tu préfères peindre ?» Le rythme de la voix ralentit, les mots semblent presque murmurés...Sardoine prononce une phrase qui aurait laissé n'importe qui sans voix : « Mes œuvres d'art naissent rarement de moments qui me procurent de bonnes émotions. »
A travers ses œuvres, Sardoine Mia nous accompagne dans un voyage intérieur qui pourrait changer notre vision du monde.

Anna Chiara Coppola
Rédigé le Vendredi 16 Juillet 2021 à 22:14 | Lu 52 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter