Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

SISTA CLARISSE

NOUVEAU SINGLE «QUEEN »

Cinq ans après son troisième album solo : Beno kuisa, inspiré par son Congo natal, Sista Clarisse présente, en prélude de son prochain album : Call me Mampila, dont la sortie est prévue pour octobre 2020, le single Queen.


Sista Clarisse, cover new album Queen
Sista Clarisse, cover new album Queen
Queen, un titre chanté en anglais, qui dégage un sens aigu de la couleur harmonique et de la mélodie, s’appuyant sur un groove aux sonorités pop, rock et soul. Queen met à l’honneur les femmes, particulièrement les femmes africaines et afro-descendantes. Une incitation à l’acceptation de soi, à ce que ces dernières soient exemplaires dans tous les domaines, s’affirment dans les sociétés dans lesquels elles vivent et suscitent le respect, afin d’être considérées et traitées comme des reines.

UN PEU PLUS SUR L’ARTISTE

Native du Congo-Brazzaville, arrivée en France (Château-Thierry) lors de sa neuvième année, Julie Clarisse débarque au début des années quatre-vingt-dix dans la capitale pour y poursuivre ses études universitaires. C’est l’effervescence des Sound-systems.
La découverte du reggae à travers Peter Tosh, puis le ragga avec Saï Saï et Puppa Leslie sur radio Nova, va changer de l’histoire de la jeune provinciale.
Julie Clarisse MIETE, intègre la scène ragga parisienne et se révèle rapidement dans un nouveau courant
musical : le raggamuffin. Julie Clarisse devient Sista Clarisse. Dans un univers plein de testostérone, cette jeune femme, humaniste et entière, de par sa singularité vocale et son énergie débordante, parvient avec aisance à soulever aussi bien les foules dans les soirées Dancehall, qu’à toucher le public avec des thèmes très intimes. Ce qui l’amènera à partager l’affiche avec des artistes tels que : Lord Kossity, Nuttea, Puppa Leslie, Frédérique Galliano, les African Divas, Patrice, U Roy, etc., aux quatre coins de l’hexagone, comme à l’étranger (Allemagne, Belgique, Espagne, Sénégal, etc.).
Femme authentique, en quête perpétuelle de nouvelles expérimentations, elle n’hésite pas à se mettre en danger en participant ou en collaborant aux projets artistiques divers et variés. Elle passe allègrement avec une certaine grâce du reggae au hip hop (Ras Muffet, Zulan O’Brian, Diable Rouge, etc.), de la soul au jazz (Rido Bayonne), de la pop à la musique africaine (OL, Nzongo Soul, Vital Samba, Mel Malonga, etc.). De ses collaborations avec le jazzman Rido Bayonne et l’artiste pop OL va éclore Fleur sauvage, un fruit mûr, un album qui est l’expression d’un certain épanouissement tant musical que vocal.

Puisant dans une voix cristalline dégageant à la fois force et fragilité, Sista Clarisse, par une combinaison d’une rare intensité, entre la magie de l’inspiration et une introspection personnelle, se réinvente et surprend le public à chaque nouvelle création, avec son style musical hybride. Une alchimie riche, aux sonorités d’influences multiples. Survoltée sur scène, n’aspirant qu’à faire partager sa poésie et ses émotions, Sista Clarisse est en mouvement permanent, mue par la recherche de l’instant magique. C’est forte de toutes ces énergies et nourrie par tant d’années d’expérience musicale, de travail et de persévérance, que Sista Clarisse, auteur-compositeur-interprète, productrice, etc., nous revient avec le single Queen qui préfigure la sortie prochaine de son nouvel album Call me Mampila.

https://www.instagram.com/sista_clarisse_mampila/
https://www.facebook.com/SistaClarisse-196908163671525/
www.sistaclarisse.com

Julie MIETE/2309TEAM
Rédigé le Lundi 8 Juin 2020 à 16:15 | Lu 720 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:09 Les Mamans du Congo

Samedi 11 Juillet 2020 - 23:03 Le réalisateur Jean-Pascal Zadi

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter