Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

« SHE’S GOTTA HAVE IT »

OU LES FOLLES AVENTURES D’UNE POLYAMOUREUSE !

C’est la série du mois de novembre à ne pas rater sur Netflix. Drôle, moderne et rythmée, « She’s Gotta Have It » a tout pour plaire !


Wanda Wise © Netflix
Wanda Wise © Netflix
Les péripéties de Nola Darling débarquent sur petit écran avec She’s Gotta Have It. Après le succès du film éponyme rencontré en 1986 lors de sa sortie, le réalisateur africain-américain, Spike Lee, propose aujourd’hui une version télévisée de 10 épisodes en collaboration avec Netflix.
She’s Gotta Have It, ou Nola Darling n’en fait qu’à sa tête en français, met en scène une femme noire qui se revendique « polyamoureuse pansexuelle ». Comme dans l’histoire du long-métrage, la monogamie et les notions d’exclusivité dans un couple ne sont pas fait pour elle ! L’artiste de Brooklyn aime les gens pour ce qu’ils sont, qu’importe le genre et le sexe.

Proche de la trentaine et libérée de tous clichés, Nola Darling est tiraillée entre trois relations amoureuses différentes les unes des autres, en partie à cause des hommes choisis. Le premier est Mars, un cycliste fun, insouciant et immature. Avec lui, l’héroïne jouée par DeWanda Wise s’amuse et passe de bons moments légers comme deux adolescents amoureux. Son histoire avec Greer, un mannequin sexy, est plus torride. Le troisième homme de sa vie s’appelle Jamie, un banquier accompli, mûr et viril. Il la protège, l’a fait sortir dans les meilleurs restaurants et lui offre des cadeaux. Apparemment amoureuse des trois, Nola assume son polyamour mais ne sait plus où donner de la tête. Partagée entre sa quête d’identité, son travail d’artiste et ses relations, elle va vivre des journées folles en compagnie de ses amies et… sa psychologue.

Source http://www.intothechic.com

Découvrez le trailer de la saison 1 disponible le 23 novembre sur Netflix !


Leslie Muya
Rédigé le Mardi 7 Novembre 2017 à 18:45 | Lu 3560 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:35 Sammy Baloji

Samedi 11 Juillet 2020 - 23:49 MED'INNOVANT AFRICA

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter