Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Rockers

La vie est un miracle

Ce film-culte et miraculeux sur le reggae n'a pas pris une ride


Rockers
Rockers
BIEN SÛR, ROCKERS, devenu film-culte, est disponible en vidéo depuis longtemps. D'accord, les bonus de cette "25ème édition" sont dispensables (bien que l'interview improbable du réalisateur grec Theodoros Bafaloukos soit un must pour les fanas du film).
Reste que le film est à voir, et à revoir. Ne serait-ce que pour l'interprétation, sur le fil du rasoir, de Leroy " Horsemouth" Wallace, batteur historique de la musique jamaïcaine, ici rude boy nerveux flanqué de son double Dirty Harry (gracieux et hilarant Richard hall).

Tout est d'ailleurs question de grâce et de miracle dans ce film tourné en 1979 dans des conditions plus ou moins improvisées. Les scènes d'anthologie abondent dans Rockers: Jacob Miller flippant grave quand on s'approche de son assiètte, Gregory Isaac dans sa splendeur de crooner sur scène, Dirty Harry s'enfermant dans la cabine du DJ d'un club uptown pour prendre la place d'un DJ " jouant trop de soul ". Sans oublier la longue scène anthologique du cambriolage. Et quand le film s'éloigne de Kingston pour s'élever dans les Blue Mountains avoisinantes (superbe séquence de gospel au bord de la rivière), Bafaloukos est carément génial, approchant la mystique jamaïcaine avec ce qu'il faut de distance et de respect. Pas étonnant que 25 ans après sa sortie, le film soit toujours aussi bien reçu en Jamaïque.

Rockers, 25th Anniversary Edition ( Blue Sun/Disque office)

Source Vibrations.ch

Pierre-Jean Crittin
Rédigé le Mardi 13 Septembre 2005 à 12:38 | Lu 2614 fois | 1 commentaire(s)





1.Posté par bill le 31/08/2009 03:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
salut
je cherche desperement depuis que j'ai vu le film les deux instrumental du passage du cambriolage
help please!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Lundi 16 Janvier 2017 - 20:54 "Racines", un remake événementiel

Lundi 14 Décembre 2015 - 14:47 Spirita NANDA

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter