Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Robert NZAOU

Fond Tié-Tié

Robert Nzaou est un photographe congolais qui vit entre Pointe-Noire au Congo et Captown en Afrique du Sud. Producteur de musique, il se lance dans la photographie en 2011 lors de son retour au Congo, après avoir passé dix ans en Afrique du Sud comme réfugié.


© Robert NZAOU
© Robert NZAOU
Il a passé son enfance à Nkayi, Pointe-Noire a toujours été une ville mystérieuse pour lui, une ville qui le fascinait, il rêvait d’y habiter. Après un long séjour à Capetown où il a posé ses valises depuis 2001, il revient au pays en 2010 avec la passionnante idée de vivre à Pointe-Noire : « A mon arrivée à l'aéroport de Pointe-Noire, il était difficile de trouver un taxi pour nous emmener au fond Tié-Tié où vit ma mère » raconte t-il. En saison de pluie les taxis hésitent à s’aventurer dans les quartiers périphériques, les chauffeurs se plaignent souvent des embouteillages et de l’état des routes dans cette partie de la ville : « J'ai vu un quartier oublié, une odeur d’arrache cœur dû au dépôt sauvage d’ordures à chaque coin de rue, des sacs plastique, et pour couronner le tout, la poussière ». Après cette entrée en matière et l’accueil chaleureux que lui réserve sa famille : « J’ai découvert une autre facette de fond Tié-Tié faite de musique, de beauté, de mode, de sourires, et d’éclats de voix, c’était que du bonheur ». Dit-il.

En 2014 Robert Nzaou revient à Pointe-Noire avec son appareil photo qu’il ne quitte plus. Durant des semaines il arpente chaque recoin de son quartier pour mieux capturer ces femmes, hommes et enfants qu’il croise : « J’ai marché sous le soleil presque tous les jours autour du marché de fond Tié-Tié pour saisir des scènes de vie, ce n’est pas facile de faire des photos dans la rue, les congolais se méfient, et il y a aussi l’excès de zèle des policiers qui n’arrange rien».

De ce quartier abandonné et oublié comme d’autres dans la périphérie de Pointe-Noire, Robert a voulu montré ce côté inaccessible pour les étrangers, ce quartier que beaucoup n’osent pas venir découvrir de peur de je ne sais quelles histoires raconter ci et là, alors qu’il faudrait juste aller à la rencontre des personnes qui fond vivre et vibrer ce quartier, fond Tié-Tié est sans doute le cœur bouillonnant de la vie culturel de Pointe-Noire, un quartier où se côtoie intellectuels, artistes, étudiants et fonctionnaires, un quartier très melting pot, un quartier où la vie ne s’arrête jamais.


WILFRID MASSAMBA
Rédigé le Mercredi 22 Avril 2015 à 09:47 | Lu 571 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 1 Février 2019 - 15:55 Wilson Borja

Mercredi 12 Juillet 2017 - 04:51 SHOLA ADISA-FARRAR

Profil | Vue de Basango | Coup de coeur | Histoire de... | Le Festival







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter