Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Rhodésie

GUERRE BACTERIOLOGIQUE

Un ancien membre des forces armées rhodésiennes a admis ce 28 décembre 1990
avoir eu recours à deux armes biologiques, l’anthrax et le choléra, pendant les sept ans de guerre contre la majorité noire, qui ont conduit à l’indépendance du Zimbabwe en 1980.


Rhodésie
Un officier rhodésien, cité dans un rapport du centre de recherche et de documentation d’Afrique australe, affirme que l’anthrax a été utilisé pour décimer le bétail des populations soupçonnées de soutenir la guérilla.
au plus fort de la guerre d’indépendance, entre 1978 et 1980, le Zimbabwe avait été atteint par une épidemie d’anthrax qui avait touché 10 783 personnes, dont 182 étaient décédées.
Toujours selon le même officier, le choléra avait été également utilisé par des forces rhodésiennes, qui qvqient contaminé les points d’eau proches des camps rebelles au Mozambique.


David Gakunzi
Rédigé le Dimanche 14 Décembre 2003 à 00:00 | Lu 2791 fois | 1 commentaire(s)





1.Posté par Blanc le 28/09/2006 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Blanc et fier de l'être... et pouquoi ne seriez vous pas fier d'être Noir.!!! c'est pas la peine de le proclamer. Il y a des noirs et des blancs qui sont bons et aussi des mauvais.
Quand aux armes chimiques employées en Rhodésie.. ah pardon au Zimbabwe, faut pas exagérer.. il y a eu assez de morts de chaque côtés, respectons les. Quand au régime actuel, c'est une honte pour le peuple du Zimbabwe.
Un si beau pays.!
J.D

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


À lire aussi :
< >

Vendredi 7 Mars 2014 - 20:25 Femmes d'Afrique, femmes du monde

Lundi 4 Juin 2012 - 11:14 ZUMBA FITNESS

Sous le manguier | Mots d'ailleurs | Tout converge









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter