Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

République Dominicaine

Pas de droits pour les haïtiens et les noirs

Adital
La discrimination raciale enracinée contre les immigrants haïtiens vivant en République Dominicaine donne lieu à des expulsions en masse et à la négation de certificats de naissance à des milliers de filles et de garçons. L’information est de Amnistie Internationale publiée lors de la Journée Internationale pour l’Élimination de la Discrimination Raciale.


République Dominicaine
"Des lieux de travail jusque dans les rues, les immigrants haïtiens qui vivent en République Dominicaine occupent l’échelon le plus bas dans l’échelle sociale. Les droits les plus fondamentaux leurs sont niés ainsi qu’à leurs enfants nés en République Dominicaine, sous le regard de l’État et de la société dominicaines", a déclaré Gerardo Ducos, enquêteur de Amnistie Internationale sur les Caraïbes.

Au moins un demi million d’haïtiens vit en République Dominicaine, ou ils travaillent dans l’agriculture et la construction. Fuyant la pauvreté de leur pays, ils font des travaux pénibles et mal payés. Chaque année, entre 20.000 et 30.000 haïtiens sont expulsés de la République Dominicaine, dans la majorité des cas sans supervision judiciaire.

Les expulsions sont si arbitraires qu’on est allé jusqu’à expulser de leurs propres pays des citoyens dominicains car ils "semblent être haïtiens". Le 4 janvier 2006, Matilde, une fillette de huit ans fut appréhendée dans les rues de Santo Domingo par des agents qui la giflèrent deux fois, si fort qu’elle eut la bouche ensanglantée. Par la suite, ils la conduisirent dans un centre de détention pour immigrants illégaux sans lui permettre de contacter ses géniteurs et elle y fut retenue toute la nuit. Ce qui la sauva de l’expulsion vers le Haïti voisin fut l’intervention d’une organisation locale des droits humains qui démontra qu’elle était citoyenne dominicaine. Du seul fait qu’elle était noire, les agents avaient jugé qu’il était évident qu’il s’agissait d’une haïtienne et qu’elle était dans le pays sans autorisation légale.

Le rapport d’Amnistie Internationale a également révélé que la discrimination raciale empêche les dominicains d’ascendance haïtienne d’obtenir des certificats de naissance. Sans ce certificat, ces personnes ne peuvent pas faire des études au-delà du primaire ni obtenir un document d’identité lorsqu’ils atteignent les 18 ans, ce qui les empêche d’accéder au marché du travail et d’exercer le droit de vote.

Eduardo est né en République Dominicaine. Il a 42 ans, mais ne dispose pas du certificat de naissance ou de tout autre moyen d’identification, car son père et sa mère sont haïtiens. Ses quatre enfants ne disposent pas non plus d’aucun document d’identité, alors qu’ils sont nés en République Dominicaine. Pour pouvoir solliciter ne serait-ce qu’un acte de naissance, Eduardo devrait payer des droits de 147 dollars US (un montant supérieur aux revenus mensuels de la famille), et en plus de cela, le gouvernement pourrait le lui refuser.


"La République Dominicaine doit agir pour protéger les droits des immigrants haïtiens et de leurs fils et filles dominicains. C’est sa responsabilité légale", a indiqué Gerardo Ducos.
Amnistie Internationale a demandé aux autorités dominicaines de mettre fin aux expulsions arbitraires des immigrants haïtiens ainsi qu’aux politiques discriminatoires qui empêchent les dominicains d’ascendance haïtienne d’obtenir la nationalité dominicaine.


Traduit de l'Espagnol par Guy Everard Mbarga


http://www.adital.com.br/site/noticia.asp?lang=ES&cod=26797



Source: Amnistie Internationale



Guy Mbarga
Rédigé le Lundi 14 Mai 2007 à 17:10 | Lu 1584 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

Mardi 16 Juin 2020 - 21:41 Somos Cultura de Resistencia

Mardi 16 Juin 2020 - 21:34 EL QAFF tiene rostro de mujer

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter