Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Renamo

LA RENAMO EN CAMPAGNE

Depuis 1980 la Renamo, un mouvement armé et soutenu financièrement par le régime sud-africain, mène une guerre de destruction au Mozambique. Ses cibles sont essentiellement les cadres de l'éducation et du développement agricole.
Suite à cette guerre, 4 millions de personnes ont été déplacées et 1 million de Mozambicains sont réfugiés à l'étranger. De 1980 à 1988, 900 000 personnes ont été tuées, dont la moitié étaient des enfants de moins de 5 ans. Le pays compte 250 000 orphelins selon l'ONU et la famine a tué 200 000 autres Mozambicains.


RENAMO leader afonso Dhlakama in 1994. U.N./Grant Neuenburg photo
RENAMO leader afonso Dhlakama in 1994. U.N./Grant Neuenburg photo
A Sofata, dans le village de Mapinda, des bandits ont fait irruption.
C'était pendant la dernière leçon à l'école.
Ils ont lié Mapinda l'instructeur,
l'ont traîné dans la boue avant
de lui couper le nez et les oreilles
Dans son sang ils ont jeté un bout de papier :
" Tu signes ton arrêt de mort en adhérant au Frelimo "
Après avoir brûlé les livres de l'école et les cases du village,
violé femmes et filles,
les bandits sont repartis.
C'est ainsi que la Renamo
implante son programme politique en terre mozambicaine.

Par David Gakunzi
Rédigé le Mardi 11 Novembre 2003 à 00:00 | Lu 2335 commentaire(s)




À lire aussi :
< >

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires











Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter