Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Racines

MBA

L’artiste auteur-compositeur, rappeur, interprète et comédien congolais vient de renouer avec son amour pour les rythmes et les sons avec la sortie d’un maxisingle "Musinsa" déjà en promotion.


Aymar BABIN, Jehf BIYERI
Aymar BABIN, Jehf BIYERI
Après huit ans d’absence, l’artiste Racines, de son vrai nom Jehf Biyeri, a choisi à travers son nouveau tube de puiser dans les rythmes « wala » du folklore kongo. Le résultat est un subtil mélange de la diversité et de la beauté de nos traditions.

Musinsa, qui peut se traduire par « un petit effort » est une incitation à mieux faire. Le coffret comporte beaucoup de surprises, à l’exemple de cette collaboration avec Arafat, l’ex-sociétaire d’Extra Musica. Le clip a été réalisé au bord de la rivière Loufoulakari, dans le département du Pool. Musinsa, le maxisingle a deux titres. L’autre s’intitule Pas fâché.

À travers ce maxisingle de deux titres, l’artiste, qui renoue avec la musique, souhaite frapper fort pour son come-back. Un retour réussi, constatera-t-on, avec une première participation remarquée au récent festival des musiques et des arts N’Sangu Ndji-Ndji à Pointe-Noire.

Pour l’auteur de l’œuvre, qui pendant son absence s’était tourné vers l’écriture en commettant des pièces de théâtre, Musinsa est porteur de messages à l’endroit de tous ceux qui souhaitent parvenir un jour au bout de leur effort. Les sons, accompagnés de paroles certes peu compréhensibles, contribuent toutefois à ressortir tout ce que chacun de nous a au tréfonds de soi.

Source : ADIAC

Luce-Jennyfer Mianzoukouta
Rédigé le Lundi 30 Juin 2014 à 13:53 | Lu 614 fois | 1 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 24 Janvier 2018 - 02:16 « L’Afrique, futur royaume de l’innovation ? »

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter