Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

"Racines", un remake événementiel

C'est l'un des plus gros succès télé de tous les temps, il a eu un impact social sans précédent aux États-Unis. Le remake de Racines, fresque historique retraçant la vie de Kunta Kinté d'après le roman éponyme Roots : The Saga of An American Family d'Alex Haley (Prix Pulitzer), mais intégrant de nouveaux éléments historiques, débarque.


Roots : un choc télévisuel en 1970

L'idée d'un tel projet est née en 2013. Mais, dans le flot continu des remakes de films ou de séries, difficile de créer une oeuvre nouvelle et originale. D'autant plus que la mini-série mythique diffusée en janvier 1977 sur ABC porte un lourd passif. N'oublions pas que c'était la première fois que l'histoire des Afro-Américains était racontée sans tabou, à partir de la capture d'un guerrier gambien, Kunta Kinté, enchaîné dans les plantations de Virginie jusqu'au destin de ses descendants après la guerre de Sécession, soit du continent africain jusque dans les plantations où l'esclavage fait rage.
Roots, c'est aussi un choc visuel, avec des scènes violentes de réalisme pour une télé grand public à l'époque. La mini-série a été découpée en huit épisodes. Un par jour et sans aucune publicité. Signe que le diffuseur n'avait pas vu venir le phénomène. Mais c'est l'effet inverse qui s'est produit. Roots (Racines en France à partir de 1978) a remporté neuf Emmy Awards et détient toujours la troisième meilleure audience de tous les temps à la télévision américaine pour un épisode de série, avec plus de 100 millions de téléspectateurs et 75 % de part d'audience pour le final. On comprend alors que les scénaristes et créateurs aient eu, 40 ans plus tard, du mal à mettre le projet sur de bons rails avant deux bonnes années. C'est désormais chose faite.

Un pari risqué

Roots ou racines © Casey Crafford
Roots ou racines © Casey Crafford
C'est la chaîne américaine History qui s'est lancée dans ce projet de remake, alors que la version originale a franchement très mal vieilli. Et le contexte de tensions raciales qui s'est cristallisé en 2016 a ouvert la voie à une nouvelle version plus étoffée sur le plan de la narration et de la mise en scène. Plus pédagogique, et doté d'un budget de 50 millions de dollars, le remake de Racines a été diffusé en mai dernier outre-Atlantique. Fidèle à la saga familiale, la chaîne s'est appuyée sur les héritiers directs de la série, comme LeVar Burton qui a interprété Kunta Kinté enfant et Mark Wolper, le fils de David L. Wolper, producteur de l'original. L'histoire toujours fidèle débute depuis le point de départ, c'est-à-dire le livre d'Alex Haley.

"En 1750, dans la région de Gambie en Afrique de l'Ouest, Omoro Kinté et sa femme Binta accueillent leur premier enfant, un fils nommé Kunta qui est élevé selon les coutumes mandingues. Kunta rêve de rejoindre Tombouctou pour aller à l'université. Mais il est kidnappé et capturé par les Koros, qui le vendent aux commerçants d'esclaves britanniques en 1767, pour être expédié en Amérique. À Annapolis, dans le Maryland, il est revendu à un riche propriétaire de Virginie nommé John Waller, qui lui donne comme nom d'esclave Toby et le confie à un esclave musicien pour le former. Kunta résiste fortement à son nouveau nom et à son asservissement... "

Raconter de nouveau l'histoire de l'esclavage
Mais les producteurs confient surtout avoir puisé dans les nouvelles connaissances historiques sur l'Afrique grâce aux recherches universitaires. Des précisions historiques auxquelles les anciens n'avaient pas accès. Notamment sur la violence de l'esclavage, les détails sur la vie des habitants dans le village de Juffureh, en Gambie, d'où est originaire Kunta Kinté. Longtemps présenté comme un petit village, c'est, selon les historiens, un grand centre de commerces de plus de 10 000 habitants ! Les Portugais y étaient venus étudier la science des chevaux et Kunta Kinté, de tradition mandingue, est un guerrier cavalier.

Il a aussi fallu pour les créateurs trouver un nouveau souffle narratif. Peut-être notre époque permet-elle d'être plus violente, comment ne pas tomber dans le piège d'une société qui veut tout savoir et voir ? faut-il voir dans cette nouvelle version des réponses aux drames raciaux de Ferguson ? Beaucoup de questions autour de ce remake. Qu'à cela ne tienne, les auteurs ont surtout voulu être réalistes et transmettre leur vision de l'histoire américaine. Ils insistent, tout comme Haley, sur le fait que cette histoire est avant tout commune, sans distinction, et certainement pas qu'afro-américaine ! D'autre part, de l'aveu des créateurs, il a été nécessaire de s'adapter aux nouveaux codes de narration audiovisuels. Entre autres objectifs : séduire un nouveau public contemporain là où Roots l'original avait été fait pour l'Amérique.

Tradition oblige, au casting, tout comme LeVar Burton a fait ses débuts dans Roots, un nouveau visage, l'acteur britannique Malachi Kirby, est la révélation parmi les têtes d'affiche de la mini-série. Laurence Fishburne, Forest Whitaker, Jonathan Rhys Meyers tiennent les autres rôles principaux. « Cette nouvelle version est importante, car les temps ont changé, les divertissements ne fonctionnent plus de la même façon, l'accès à l'information a été démultiplié, soulignait Anika Noni Rose, qui interprète Kizzy, la fille de Kunta Kinté, au MIP à Cannes en mai. Il est nécessaire de rappeler que nous sommes tous connectés, liés. La série ne raconte pas seulement l'histoire des Afro-Américains, mais l'histoire de l'Amérique et même celle du monde : la diaspora est immense. » Quatre réalisateurs se sont chacun attelés à un épisode : Bruce Beresford (Miss Daisy et son chauffeur), Mario Van Peebles (Empire, Boss), Phillip Noyce (Jeux de guerre) et Thomas Carter (Damages, Undercover).

Enfin, le nouvel opus intervient dans une nouvelle vague de films sur l'histoire tumultueuse des Afro-Américains, comme le film 12 Years A Slave, ou les séries The Book of Negroes et Underground. Des oeuvres qui participent aux débats actuels de la société américaine sur les rapports raciaux, sur la notion d'identité.
* Racines , série réadaptée du livre d'Alex Haley


Source Le Point Afrique

Le Point Afrique
Rédigé le Lundi 16 Janvier 2017 à 20:54 | Lu 501 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 14 Décembre 2015 - 14:47 Spirita NANDA

Jeudi 9 Avril 2015 - 09:58 A Dakar, le balafon emporté par les flows

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube




Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube