Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

RIP: Joe Arroyo, légende de la salsa

Joe Arroyo, l’une des figures les plus célébrées de la musique colombienne, est décédé à Barranquilla des suites d’une défaillance multifonctionnelle à l’âge de 55 ans.


RIP: Joe Arroyo, légende de la salsa
Cette nouvelle a largement ébranlé le pays et deux jours de deuil national ont été décrétés afin de rendre hommage au chanteur qui avait débuté sa carrière dans des lupanars de Carthagène alors qu’il était encore prépubère. Issu d’une famille de 39 enfants, la musique s’est très vite présentée comme un moyen pour gagner sa vie de manière autonome.

Dans les années 70, il rejoint le groupe Fruko y Sus Tesos, avec qui il tourne dans les circuits salsa d’Amérique du Nord avant de lancer son propre projet, La Verdad, en 1981.Il s’est ainsi retrouvé aux avant-postes lorsque la salsa commençait à toucher des audiences toujours plus larges à travers le monde. Les tournées s’enchaînent à un rythme soutenu, Joe Arroyo y La Verdad jouant près de 200 concerts par année.

Au fil des années, il avait développé son genre, le Joesón, dans lequel le cumbia et le porro étaient relevés avec des influences aussi diverses que le zouk, le merengue ou le reggae. Son morceau “Rebelión”, qui relate un épisode de la traite négrière, était devenu l’étendard de son discours socialement engagé.

La santé d’El Joe a toujours été largement précarisée par sa dépendance aux drogues et il avait déjà frôlé la mort il y a une vingtaine d’années suite à une infection de le thyroïde. Des milliers de personnes se sont pressées dans une ambiance festive lors de son enterrement le 27 juillet dernier à Barranquilla.

PAR JOËL VACHERON / Vibrations
Rédigé le Vendredi 2 Septembre 2011 à 19:27 | Lu 521 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:35 Sammy Baloji

Samedi 11 Juillet 2020 - 23:49 MED'INNOVANT AFRICA

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter