Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

REGGAE SOUND SYSTEM

Homage à Bob Marley

Le reggae est une façon de vivre, pour ses adeptes c'est une religion. Trois groupes feront revivre l'esprit de Babylon en homage à Bob Marley


REGGAE SOUND SYSTEM

Younes Kingston est un artiste belgo-éthiopien né au Congo, compositeur et reggaeman. Il se défini comme combattant de la liberté et de l' injustice. Il a grandit dans la culture reggae, 
son inspiration lui vient de l'artiste sud-africain Luky Dube.

Makeda est un groupe créé en 2004 par l'artiste congolais Jah Thiano, les musiciens qui composent Makeda monte sur scène pour chanter la paix, la justice, les valeurs éthiques et morales de la société. Son dernier spectacle s'appelle la voix du silence.

Le congolais Darkman, fera la clôture de la soirée reggae, en 1992 Darkman fait partie des Kongo Bongo Lion's, groupe qui en 2000 fusionnera avec New Feeling pour créer les Kongo Lion's, dont il est le leader.


 
Noche Reggae en Basango.

Espectáculo Sound System Reggae con Younnes Kingston, Makeda y Darkman, viernes 11 de Mayo de 2012 en Basango a las 21h.

El reggae es una forma de vida, para sus seguidores una religión. Tres grupos que nos harán revivir el espíritu de Babylon en homenaje a Bob Marley.

Younnes Kingston es un artista etíope-belga nacido en Congo. Compositor y reggaeman se define como combatiente de la libertad e la injusticia.
Crecido al interno de la cultura reggae, su inspiración nace del artista sudafricano Dude.

Makeda, grupo creado en 2004 por el artista congolés Jah Thiano. Los músicos que integran Makeda suben al escenario para cantar en favor de la paz, la justicia y los valores éticos y morales de la sociedad. Su último espectáculo se llama " la voz del silencio".

El congolés Darkman, Armand Christian Diabankouzi, cerrará la noche reggae. En 1992 Darkman entra a formar de "Les Kongo Bongo Lion's", grupo que en el año 2000 se fusionará con "New Feeling" para crear los "Kongo Lion's", del que ahora es líder.

Rédigé le Dimanche 6 Mai 2012 à 16:22 | Lu 1271 fois | 0 commentaire(s)





Sortir







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter