Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

RAPHA BOUNZEKI 

LE ROI DE LA SAPE N’EST PLUS DE CE MONDE

Décédé le 10 mai 2008 Rapha Bounzeki alias Aphara yana papa a été enterré avec faste le samedi 24 Mai courant au cimetière du centre ville de Brazzaville.
Rapha Bounzeki était un artiste musicien hors pairs et unique en son genre. Sa singularité s’explique entre par ses compositions variées et atypiques qui ont abordées presque tous les domaines de la vie sociale.


On peut se souvenir de ses quelques compositions dont : Parisien Refoulé dans laquelle il raconte ses mésaventures pour avoir été refoulé de la France, une chanson qui lui a d’ailleurs rendu célèbre, christianisé, une chanson qui lui avait value quelques démêlés avec l’église catholique, mateya( l’éducation), mabouesso, le départ pour l’école, Regime sans sel, …

Autres spécificités de ce grand artiste, c’est son appartenance à la Société Anonyme des Personnes Elégantes (SAPE) un courant des gens qui s’habillent avec des habits très coûteux. Cette religion est très populaire au Congo surtout en milieu lari-kongo.

Rapha avait introduit l’habillement des habits de haute classe dans la musique. Si bien que sa mort a consterné tout le monde.

Pour Luc Aka Evy, directeur général de la culture « Rapha Bounzeki était un artiste complet, original et simple dans son esthétique, dans sa langue au point que les gens avaient du mal à comprendre comment il s'arrangeait pour construire des phrases. Il avait encore beaucoup de choses à nous dire, à nous donner et à nous faire plaisir à l'oreille et dans nos cœurs.
 
Oui, des obsèques dignes, Rapha les a eu, car le gouvernement congolais les a pris en charge. Et les congolais lui ont rendu un hommage vibrant tout au long de la veillée mortuaire. Les medias ne faisaient que passer sa musique à longueur des journées.

Les congolais de la diaspora mieux les sapeurs, étaient aussi venus nombreux pour lui rendre hommage. Des concerts étaient organisés dans tous le pays.

Généralement en Afrique la mort est synonyme de tristesse et de profonds remords, mais la mort de Rapha, bien qu’ayant attristé plus d’un, a démenti cette version. Elle a donné lieu à des véritables démonstrations des habits de haute classe.

Selon le doyen Akuis, le meilleur sapeur congolais, l’exhibition des habits est une façon pour nous de rendre hommage à l’un de nôtre qui a valorisé la sape. A propos, Rapha avait rendu hommage à la sape par le biais de la Sapologie, l’un de son dernier album.

Justement le jour de son enterrement mot d’ordre était donné à tout le monde de s’habiller en tenue claire mais de haute classe. Et tous les sapeurs avaient bien respecté ce fameux mot d'ordre !

Mais le clou des hommages était symbolisé par une chanson composée en son honneur , chantée par tous les artistes congolais.

Rapha Bounzeki, le patron de madiata ka lueti, était vraiment un artiste unique en son genre comme le souligne Mr Luc Aka AVY : Il nous destituait de notre être par sa façon de dire les choses, de s'habiller et de danser. Personne ne chantait ni ne dansait comme lui, seul lui chantait et dansait comme il dansait. » 
Pour Belinda Ayessa, directrice générale du musée pierre Savorgnan de Brazza, Rapha n’est pas mort.

Oui, cet artiste musicien laisse derrière lui une immense œuvre qui ne sera pas oublié de si tôt.
La grande mobilisation qu’ont connue ses obsèques a contrasté malheureusement avec le genre de vie qu’a mené Rapha peu avant sa mort inopinée.

Tout a commencé par la mise à sac de sa maison de Brazzaville pendant les évènements qu’a connu le Congo. L’artiste s’était alors réfugié à Pointe Noire, la 2è ville du congo. Là encore Rapha avait subi un grand préjudice avec la casse de sa maison construite proche de l’aéroport de Pointe noire lors des travaux de son agrandissement !

Pour manifester son chagrin, il avait même composé une chanson dans laquelle il demandait aux autorités congolaises de lui venir en aide.
Rentré à Brazzaville récemment, il menait un combat pour entrer en possession de ses droits d’auteurs SACEM qui, transférés au niveau du Bureau Congolais des Droits d’auteurs (BCDA), auraient été détournés selon lui. Ce qui n’est pas le cas, affirme les responsables du BCDA. Affaire à suivre.

Rapha BOUNZEKI avait donc piqué une crise d’hypertension qui lui a conduit à la mort malheureusement à l’âge de 46 ans.
Notons que plusieurs autorités avaient pris part à ses obsèques à l’instar de Isidore Mvouba qui a représenté le gouvernement congolais.

DE GENSERIC FRESNEL BONGOL TSIMBA
Correspondant permanent de basango.Com au Congo





De Genseric Fresnel TSYMBHAT-BONGAUL
Rédigé le Mercredi 28 Mai 2008 à 11:44 | Lu 3999 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 22:52 WANURI KAHIU

Lundi 29 Juin 2009 - 00:29 MAÎTRE GOTÈNE

Focus | Confidences | Lettres d'Afrique | Diaspora




MOKÉ TV

    Aucun événement à cette date.



App Store
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube



www.wilfridmassamba.com


Facebook
App Store
Google+
Instagram
Rss
Twitter
YouTube