Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Plongée dans le monde des sorciers du ring en RDC

Ce n’est pas un livre, c’est une œuvre d’art. Couverture tissée jaune et bleu, tranche rouge vif, les connaisseurs reconnaîtront là les couleurs du drapeau de la République démocratique du Congo. Un élégant dessin montrant deux colosses en train de se battre à mains nues vient expliciter le titre, pour le moins mystérieux, qui apparaît sur la tranche : Toute arme forgée contre moi sera sans effet. Publié par la toute jeune maison Éditions 77 et signé du photographe belge Colin Delfosse, cet ouvrage superbe offre une plongée fascinante dans le monde du catch africain, et plus particulièrement du catch kinois.


Toute arme forgée contre moi sera sans effet, de Colin Delfosse, Éditions 77, 80 pages, 40 euros
Toute arme forgée contre moi sera sans effet, de Colin Delfosse, Éditions 77, 80 pages, 40 euros
Pour Colin Delfosse, l’aventure a commencé en 2006, alors qu’il était en RD Congo pour couvrir l’élection présidentielle. De passage à Kolwezi un an plus tard pour réaliser un sujet photographique sur la Gécamines, il assiste par hasard à un combat de catch. Saisi par la version congolaise de cette discipline occidentale, il décide d’y consacrer une partie de son travail personnel. « Je suis retourné en RD Congo un an plus tard et j’ai fait des recherches à Kinshasa, raconte-t-il. C’était compliqué, il fallait trouver les endroits où les catcheurs se battaient et c’était souvent en périphérie, dans des lieux difficiles à atteindre pour moi. » À ces difficultés viennent s’ajouter celles inhérentes au travail de tout photographe, de surcroît blanc, dans les quartiers de Kinshasa. « Il y a toujours une méfiance vis-à-vis des photographes qui viennent prendre des images et dont on pense qu’ils vont faire du business avec. Outre l’autorisation du ministère de l’Information qui te coûte 250 dollars, il y a toujours un mec pour venir te demander de l’argent et parfois des sommes exorbitantes. La connivence nécessaire est souvent très longue à établir. »

À force de discussions, de rencontres, d’échanges, Colin Delfosse a pourtant réussi à établir le lien permettant d’approcher et de photographier les catcheurs féticheurs, stars flamboyantes des rues de la ville. « Ces ballets mystiques entre les quatre cordes d’un ring sont une synthèse improbable des danses traditionnelles et du sport spectacle américain sauce ketchup, écrit-il. Les Congolais ont rassemblé deux disciplines que tout distinguait au départ pour en créer une nouvelle : le catch féticheur, performance autant sportive qu’artistique. Et quasi divine. »

La seconde partie de Toute arme forgée contre moi sera sans effet est un beau reportage, de facture classique. Dans les coulisses des combats, mais aussi sur le ring. Les images y sont légendées de manière didactique, expliquant l’essentiel. Mais la première partie du livre est bien plus saisissante. À la manière du photographe Pieter Hugo, dont il revendique l’influence, Colin Delfosse a réalisé les portraits en pied de 23 catcheurs congolais. Format carré, sujet centré, décors d’apocalypse, les artistes du combat semblent sur le point de bondir hors de l’image…

Il y a là Six Bolites et Muimba Texas, Chien Méchant et Petit Cimetière, Maître Sayo et Guerrier Masseke… En costume de scène, accompagnés de leurs fétiches, ils promettent un combat sans pitié. Quant à Colin Delfosse, il n’en a pas fini avec le Congo et les fétiches puisqu’il travaille désormais sur l’héritage de Mobutu et ses célèbres éléphants blancs.


Source Jeune Afrique

Par Nicolas Michel
Rédigé le Mercredi 9 Décembre 2015 à 07:28 | Lu 3419 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter