Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Parution du ''Cahier d'un retour au pays natal'' Ce 17 février 1939

CHANT SOURCE DE LAVES

Ce 17 février 1939, un long poème " Cahier d' un retour au pays natal " écrit par un jeune Martiniquais du nom d' Aimé Césaire vient de paraître dans le numéro de février de la revue Volontaires. Il va marquer toute la littérature négro-africaine.


Aime Cesaire
Aime Cesaire
Chant complexe, dense, abrupt étrange
convocation à la fête cosmique, chant silo où se préserve ce que la terre, a de plus terre, la vérité de l' être, truelle à la main, lance au poing;
chance source de laves, de feu de brousse, de flambées de chair comme l'orage, l' incendie, la mitraille;
chant qui dit orage, fleuve, tornade, feuille, arbre
qui plonge dans la chair rouge du sol, dans la chair ardente du ciel,
qui n'est ni une tour ni une cathédrale; chant mouillé de toutes les pluies,
humecté de toutes les rosées, chant évangélique
annonçant une bonne nouvelle : la négritude retrouvée.
Chante, chante Aimé Césaire
bouche des malheurs qui n'ont point de bouche.


Aimé Césaire fête le 26 juin ses 90 ans

Aime Cesaire
Aime Cesaire
Fort-de-France organise pour la circonstance, diverses manifestations autour de l'homme et de son oeuvre.
L'Afrique ne sera pas en marge de l'événement : à Bamako, dans la capitale malienne, le continent célébrera Aimé Césaire et les Amériques. Par devoir.

Par devoir de reconnaissance (Aimé Césaire a largement contribué à faciliter le dialogue entre les Amériques et l'Afrique);
Par devoir de mémoire (pour les liens douloureux de l'esclavage);
Par devoir d'amitié (celle qui lia Aimé Césaire au continent à travers Senghor);
Par devoir de génération (le devoir de créer un nouveau partenariat entre l'Afrique et les Amériques et de consolider les liens déjà existants)

David Gakunzi
Rédigé le Vendredi 7 Février 2003 à 00:00 | Lu 2862 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Mercredi 28 Novembre 2018 - 01:45 Hem' sey Mina

Lundi 9 Juillet 2018 - 23:24 Seun Kuti

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter