Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Papa Wemba

Love Kilawu

« J’ai toujours défini ma carrière en disant que je vais là où le métier m’appelle. Mais il faut que ce soit fait dans de très bonnes conditions. Donc, je suis allé très souvent en Côte d’Ivoire, au Cameroun, au Congo-Brazzaville, en Afrique du Sud… Ça fait plus de quarante ans que je suis sur scène, et je dis merci au Bon Dieu de m’avoir donné ce talent avec lequel j’ai traversé presque tous les océans. »


Papa Wemba, en août 2014, lors d'un concert à Nairobi. © AFP/Tony Karumba
Papa Wemba, en août 2014, lors d'un concert à Nairobi. © AFP/Tony Karumba
Pendant quelques instants, la musique ne s’est pas arrêtée. Dimanche 24 avril, au cœur de la nuit abidjanaise, l’artiste congolais Papa Wemba s’est effondré en plein concert. Le chanteur, surnommé le « roi de la rumba congolaise », est mort à la suite de ce malaise, à l’âge de 66 ans. Fondateur du label « Viva la Musica », en 1977, il avait découvert et influencé des générations de musiciens africains.
A Abidjan, c’est finalement au bord de l’Océan Atlantique que Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, dit Papa Wemba a poussé dimanche, son dernier souffle dans un micro. Une ville pour laquelle il n’a jamais boudé son plaisir lorsqu’il devait s’y rendre. Et où il avait récemment adopté la jeune rappeuse ivoirienne Nash pour un featuring sur le titre « Sapologie », très apprécié en Côte d’Ivoire.

Invité du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), fondé par le groupe ivoirien Magic System, l’artiste congolais avait une nouvelle fois effectué le déplacement de la capitale économique ivoirienne pour deux prestations. La première qu’il n’achèvera jamais à Abidjan et la seconde à Korhogo (nord du pays), une étape annulée par les organisateurs.

« Pape » de la Sape

Papa Wemba s'est écroulé en plein concert lors du Femua festival des musiques urbaines d'Anoumabo à Abidjan. © TONY KARUMBA/AF
Papa Wemba s'est écroulé en plein concert lors du Femua festival des musiques urbaines d'Anoumabo à Abidjan. © TONY KARUMBA/AF
C’est avec une profonde tristesse que je vous annonce le décès de l’artiste congolais Papa Wemba, survenu à la suite d’un malaise. Au vu des événements, le concert de clôture prévu à Korhogo est annulé », a brièvement annoncé aux journalistes, le Commissaire général du Festival Salif Traoré dit A’salfo, la voie prise par l’émotion. Il avait, à ses côtés, le ministre ivoirien de la culture et de la francophonie, Maurice Bandaman, venu exprimer sa « solidarité à la famille de la musique africaine. »
Né en 1949 en République démocratique du Congo, Papa Wemba a dépoussiéré la rumba congolaise, musique très populaire dans les années 1950, en y ajoutant notamment des instruments électriques. Ses tubes Analengo, Maria Valencia ou encore Yolele ont largement dépassé le continent africain, faisant du musicien l’un des ambassadeurs de la « world music ». Un statut largement renforcé par sa signature, au début des années 1990, sur le label de Peter Gabriel, Realworld.
Papa Wemba est aussi le créateur et le « pape » du mouvement de la SAPE, société des ambianceurs et des personnes élégantes à la fin des années 1970, mouvement de dandys fondé sur une élégance flamboyante et exagérée qui s’est répandu dans la diaspora congolaise et dans le monde entier.

« Je n’en reviens pas encore »
Dimanche, les Ivoiriens s’étaient réveillés avec la rumeur de sa disparition. Certains croyaient même au dernier « poisson d’avril » de l’année. Mais à la mi-journée, la confirmation de la mort du « roi de la rumba » avait provoqué une onde de choc.
« Je n’en reviens pas encore, confie abattu Firmin Kouakou, entrepreneur à Marcory (sud-est d’Abidjan). Depuis mon jeune âge, j’ai empilé tous les tubes de Papa Wemba. Aucun de ses albums ne manque à ma discothèque », indique-t-il, avant de se consoler, en écoutant un tube des années 70 du groupe Zaiko Langa-Langa, au sein duquel le défunt artiste avait fait ses débuts.
Au « Mille maquis » de Marcory, zone d’une dizaine de gargotes située à une centaine de mètres du lieu du drame, la mort de Papa Wemba était sur toutes les lèvres. Les gérants, eux, ont choisi, à la demande des clients, de distiller les tubes de l’artiste. « C’est notre façon de lui rendre un hommage. Car, il a bercé notre enfance, entretenu notre jeunesse et guidé nos espérances. C’était un monument de la musique africaine », confie la mine grave Laurent, 56 ans, fonctionnaire.
« C’était un grand chevalier des arts et des lettres. Il me demandait, il y a deux jours, “Pourquoi vous voulez que je prenne ma retraite. C’est ma vie, ma passion.” Pour lui, on pourrait se consoler de ce départ sur scène. Mais pour nous, je ne pense pas que cela soit aussi simple que cela », témoigne Claudy Siar, animateur.
Selon lui, « le roi de la rumba » avait souhaité faire sa prestation beaucoup plus tôt. « Mais je lui ai dit que c’est l’apanage des plus grands de monter sur scène en dernier. C’est lui qui doit clore la cérémonie pour donner à nouveau une impulsion à la jeunesse, soutient M. Siar. Ses chansons sont éternelles. Il a signé des chansons cultes. De génération à génération, on aime et on aimera ce Papa Wemba. »

Source lemonde.fr

Par Alexis Adélé
Rédigé le Lundi 25 Avril 2016 à 07:56 | Lu 701 fois | 0 commentaire(s)


Tags : Papa Wemba




À lire aussi :
< >

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

Mercredi 30 Décembre 2020 - 12:50 Le roi Moe Makosso IV s'en est allé

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter