Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

PRINCE

Musicology

Pour nous servir la dernière gâterie princière, Columbia (qui en assure la seule distribution) n’hésite pas à nous sortir l’argument forcément publicitaire du « grand retour ».


Prince
Prince
Ce qui est pour le moins paradoxal pour parler de l’artiste sans doute le plus prolixe de la planète funk : son précédent enregistrement, le purement instrumental et non moins expérimental « N.E.W.S.» était sorti à l’automne 2003. Celui-ci faisait lui-même suite à un triple live paru en décembre 2002. Il faut dire que Prince assure désormais lui-même la distribution de ses disques (remarquables pour la plupart), avec pour corollaire une distribution que l’on peut qualifier de « confidentielle » sur son site internet, principalement, mais aussi naturellement de façon plus ponctuelle….chez tous les bons disquaires. Dans le cadre de cette nouvelle stratégie progressivement mise en place il y a une petite dizaine d’années pour s’assurer d’une totale liberté de création, « Musicology » nous est annoncé avec un brin de cynisme comme un disque « commercial », avec toute l’artillerie rattachée à ce mot : distribution massive et promotion à l’avenant. Et il faut bien reconnaître que pour le coup, on n’est pas déçu : comme à son habitude, Prince produit, arrange et compose sa musique (« all instruments and voices by Prince ») à sa manière toujours aussi magistrale…et calculée, avec le concours parcellaire de ses collaborateurs attitrés. C’est ainsi que l’on retrouve entre autres sur certains morceaux Rhonda SMITH à la basse et John BLACKWELL toujours aussi précis à la batterie. Candy DULFER alterne avec Maceo PARKER, caution funk et invité régulier, au saxophone alto. Renato NETO se voit confier les claviers (piano & Fender Rhodes) et le fidèle Clare FISHER les arrangements pour cordes de certains morceaux. Délibérément accrocheur, le résultat se veut cependant sans compromis.

Très funk, très rock : la formule princière est ici dosée de main de maître, avec ce qu’il faut de hits groovy (« Musicology », « Illusion,Coma,Pimp & Circumstances »),d’hymnes pourpres façon «Purple Rain »(« Call My name », « the Marrying Kind»), de singles pop(« A Million Days », « Cinnamon Girl », « Reflection») et de ballades R’n’B (« What Do you Want Me to Do », «On The Couch »). Un sans faute qui se paie même le luxe, l’air de rien d’une merveilleuse protest song désenchantée aux relents soul-blues (« Dear Mr.Man ») : avec cet album - kaléidoscope sans le moindre faux-pas, Prince, en musicien exigeant et sûr de ses moyens, évite une fois de plus le piège du consensus mièvre ourdi par la variété noire américaine récente, pour ce qui reste son disque le plus « grand public » depuis plus de dix ans. Prince of pop ?

[afrikara.com]URL:http://www.afrikara.com

Edmond M. KOULA / afrikara.com
Rédigé le Mercredi 5 Mai 2004 à 00:00 | Lu 2638 fois | 0 commentaire(s)





À lire aussi :
< >

Lundi 28 Mars 2016 - 12:05 Le jazz éthiopien ne meurt jamais

Mardi 11 Août 2015 - 17:19 "Tombouctou" le nouveau clip d'Inna Modja

A Lire | A Ecouter | A Voir | Life Style | Mémoires









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter