Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

PATRICIA ESSONG

UNE CONTEUSE BANTOUE

La chanteuse camerounaise, Patricia Essong, sera en concert au Sunset de Paris pour présenter son premier album : Soul of Nü Bantu.


Soul of Nü Bantu
Soul of Nü Bantu
C’est lors d’un showcase parisien qui s’est tenu fin novembre dernier que l’équipe d’Into The Chic a eu l’occasion de découvrir l’univers musical de Patricia Essong. Accompagnée pour l’occasion d’un guitariste, la vocaliste a livré un set acoustique intimiste, laissant ainsi flotter sa voix ouatée sur de doux arpèges.
Avec Soul of Nü Bantu, son premier coup d’essai autoproduit, la Camerounaise fait le pont entre chant traditionnel et ballades folk, et met un point d’honneur à distiller ses mélopées en différentes langues bantoues. « Je fais de la musique contemporaine africaine. L’album est un melting-pot de langues allant du yorouba au zoulou, du ewe au bulu, en passant par le lingala », détaille l’artiste. Un ouvrage sur lequel on retrouve également un titre en hommage au Sénégal insufflé en wolof, « Tajabone » : une reprise de l’artiste Ismael Lo que Patricia Essong affectionne particulièrement. « Conter l’Afrique en musique », tel est le fil rouge de ce récit sonore.

patriciaessong.com

Née au Cameroun et basée aujourd’hui à Paris, Patricia Essong tient à prouver, en musique, que « la langue n’est pas un frein ». Pour façonner et mettre en texte son album, elle s’est entourée de songwriters issus des quatre coins du continent. « Beaucoup d’artistes africains abandonnent l’idée de chanter dans une langue africaine de peur d’être estampillés “musique du monde”, parce qu’ils font avant tout du jazz, de la soul ou du R&B, regrette-elle. Assumer de chanter dans toutes ces langues africaines, c’est être activiste. Il faut que l’on se réapproprie notre culture, et cela passe avant tout par la langue », assure l’interprète.

Patricia Essong livrera Soul of Nü Bantu le 16 décembre prochain à 21h30 au Sunset de Paris (18e). Elle égrènera les 10 titres qui composent son opus, dans un écrin organique et électro-acoustique. La lead vocal sera accompagnée d’un guitariste, d’un contrebassiste et d’un percussionniste : « J’ai cherché des instruments qui reflètent l’essence de nos chansons africaines : le blues ».

Source Into the chic

Par Eva Sauphie
Rédigé le Vendredi 16 Décembre 2016 à 17:10 | Lu 933 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter