Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Olivier SAMBA

La revendication de l’homme sage

Olivier Samba, artiste plasticien et performer, sera le point de départ du cycle des expositions de Basango 2012, ce jeudi 2 février à 20 heures.


Olivier SAMBA
Qui est l’homme?. Quelle est l’essence de l’homme?. Voila les questions qui inquiètent Olivier SAMBA, artiste congolais né à Pointe-Noire, à travers sa dernière exposition, "N’duenga za Ma mutu", (l’intelligence de l’homme), montre une vision de plusieurs manières de sentir, voir, de réagir d’une personne. Tout ce qu’on fait conditionne notre avenir. Un mauvais choix peut finir avec des années de bon choix. Là-bas réside le pessimisme de l’artiste, qui ne croit pas à la bonté de l’être humain et; qui espère toujours un acte de trahison. Pour SAMBA, l’erreur c’est synonyme de perdition, il dirait qu’il n’y a pas de retour. Mais, au delà de ce voile de désespérassions de l’être humain, nous pouvons aussi apercevoir l’optimisme de ce qui commande la vie, de ce qui a la possibilité de décider sur le future. A ce niveau, nous sommes tous pareil. Il n’est pas plus intelligent celui qui accumule davantage de culture, sinon celui qui sait ; profiter des circonstances. L’opportunité d’être un homme sage c’est à portée de main de tous. C’est une revendication. Artiste polyvalent et de grand impact visuel, il fuit; ce qui est établi pour laisser son empreinte dans la rétine du spectateur. Il cherche les forces de la forme, l’intensité du mélange des couleurs et il trouve son premier allié dans la nature. Ce n’est pas pour rien qu’il utilise les termites comme la base créatrice de ses œuvres. Ce sont elles qui modèlent le bois qui après sera traité par l’artiste. Il est bien possible que ce qui pousse Olivier à la récupération des matériaux, soit le sentiment d’union avec la terre. C’est le retour à la vie de quelque chose qui était perdue, rattraper une nouvelle dimension. L’amour comme concept global. “Tout commence avec un texte. Un poème c’est le but d’une pièce, après l’esquisse et finalement l’adaptation de la pensée. Couleurs ocres et couleur terre du ciel brulé, c’est la représentation de l’Afrique. Dans la terre c’est compliqué”,confesse SAMBA.

La reivindicación del hombre sabio. Olivier Samba, artista plástico y performer, dará el punto de partida al ciclo de exposiciones de Basango 2012, jueves 2 de febrero a las 20 horas.

Olivier SAMBA
¿Quién es el hombre?.¿Cuál es la esencia del ser humano?. Estas son preguntas que inquietan a Olivier SAMBA, artista congoleño nacido en Pointe-Noire, que a través de su última exposición "N’duenga za Ma mutu", la inteligencia del hombre, muestra una visión de las distintas formas de sentir, de ver, de reaccionar de una persona. Todo condiciona nuestra vida futura. Una mala elección puede acabar con años de buenas elecciones. Ahí reside el pesimismo del artista, que no cree en la bondad del ser humano y del que espera siempre un acto de traición. Para SAMBA, equivocación es sinónimo de perdición, se diría que no hay vuelta atrás. Pero más allá de este velo de casi desesperación asoma, también, el optimismo de quien es dueño de su vida, de quien tiene la posibilidad de decidir su futuro. A este nivel todos somos iguales, es decir, no es más inteligente el que más cultura acumula, sino el que mejor consigue aprovechar sus circunstancias. La oportunidad de ser un hombre sabio está al alcance de todos. Es una reivindicación. Artista polifacético y de gran impacto visual, huye de lo establecido para dejar su impronta en la retina del espectador. Busca la fuerza de la forma, la intensidad de la mezcla de colores, técnicas o materiales y encuentra en la naturaleza su primer aliado. No en vano, utiliza las termitas como principio creador de sus obras. Son ellas las que modelan la madera que posteriormente será tratada por el artista. Quizás sea ese sentimiento de unión con la tierra el que le empuja a reutilizar materiales. Es la vuelta a la vida de algo que se creía perdido, alcanzar una nueva dimensión. El amor como concepto global. “Todo comienza con un texto. Un poema es el comienzo de una obra, después el boceto y finalmente la adaptación del pensamiento. Colores ocres y color tierra de cielo quemado, es la representación del calor, de África. En la tierra es complicado”, confiesa SAMBA.

Rédigé le Lundi 23 Janvier 2012 à 16:44 | Lu 1290 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 23:35 Sammy Baloji

Samedi 11 Juillet 2020 - 23:49 MED'INNOVANT AFRICA

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter