Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Nestelia, le nouveau talent de la musique à Pointe-Noire

L’artiste de 28 ans est en train de mettre la dernière main pour le lancement de son premier album en solo, qui a pour titre Cocorico.



Nestelia
Nestelia
Pour Nestelia, Cocorico est un appel aux jeunes qui ne veulent pas travailler ni étudier «&nbsp;je voudrais être comme le coq qui chante tous les jours pour réveiller les gens et leur dire que dans la vie il faut se battre pour ce qu’on veut&nbsp;». La chanteuse basée à Pointe-Noire depuis près de 20 ans, est en même temps compositrice et productrice de son album, puisqu’avec son travail elle finance l’enregistrement de ses morceaux. «Moi, je suis chanteuse. Je sais où se trouve le studio d’enregistrement, donc le reste ne dépend que de moi». Une fois que le disque est fini, Nestelia va se consacrer à la vidéo, pour pouvoir offrir au public sa musique sur tous les supports disponibles. <br /> Cela fait déjà quelques mois que Nestelia est devenue une des révélations musicales dans la ville. Toujours présente sur la scène de différents évènements, parmi lesquels il faut souligner «&nbsp;Maboko Ya Afrika&nbsp;», sa chanson cocorico, chantée en Kituba, est un des thèmes qui fait bouger Pointe-Noire. Yaya lombé, la chanson dédiée à sa mère a aussi eu un bon accueil de la part des Pontenégrins. <br /> D’origine congolaise de la R.D.C, Nestelia est une personne constante et déterminée. À l’âge de 16 ans elle se lance déjà dans la musique professionnelle, en jouant dans plusieurs groupes juvéniles, pour ensuite reprendre sa carrière comme artiste solo. Aujourd’hui, plus d’une décennie après, la chanteuse est sur le point de réaliser le rêve de sa vie. «Quand je monte sur scène je suis une autre personne, je ne m’en rends même pas compte&nbsp;; je ne me reconnais pas. C’est ma passion. J’ai beaucoup lutté pour arriver à être reconnue au Congo, et je sais que ce n’est pas fini. Il faut que j’arrive au triomphe. Que le public arrive à m’adopter et à m’aimer après qu’il m’eut écouter chanter». <br /> Grande supportrice de la musique américaine et spécialement de l’artiste Beyoncé, Nestelia s’engage dans des mélodies de Rythm and Blues fusionnées avec des touches traditionnelles africaines pour la composition de ses chansons. Les sons nigérians se retrouvent aussi dans son album qui contient des chansons en Anglais, en Français et en Mbembe. «Le Mbembe, c&nbsp;‘est ma langue maternelle. Je ne la parle pas, mais je peux arriver à la comprendre et je compose en Mbembe avec l’aide de mon oncle. C’est mon hommage à ma mère, et surtout à ma mamie, qui autrement ne comprendrait pas ce que je exprime dans mes chansons&nbsp;». <br /> <br /> <br /> Par Laura Diaz Calvo

Rédigé le Mardi 10 Septembre 2013 à 17:21 | Lu 999 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 3 Septembre 2020 - 22:38 Quibdó Africa Film Festival 2020

Dimanche 13 Octobre 2019 - 23:03 Quibdó África Film Festival

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS









Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018





Facebook
Instagram
Twitter