Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

Mandela, le procès de Rivonia (1963-1964)

Nelson Mandela nous a quittés, le 5 décembre. Dans ce dossier les grandes périodes de sa vie. Des textes tirés pour l'essentiel de "Mandela, The Authorized Biography", par Anthony Sampson, publié pour la première fois en 1999 et plusieurs fois réédité depuis (HarperCollins Publishers, 2011, 704 p.).


Les membres de l'ANC arrivent à leur procès sous les acclamations de leurs partisans. © Photo
Les membres de l'ANC arrivent à leur procès sous les acclamations de leurs partisans. © Photo
Entre-temps, en juillet 1962, le gouvernement sud-africain, de plus en plus déterminé à écraser l’opposition noire, avait fait adopter par le Parlement la loi sur le sabotage. Elle prévoyait la peine de mort pour tout acte de sabotage, même pour des destructions mineures.
Les dirigeants de l’ANC, dont Sisulu, et leurs alliés communistes, dont l’avocat d’origine lituanienne Joe Slovo, ainsi que Govan Mbeki, se réunissaient régulièrement à la ferme de Lilliesleaf, à Rivonia, où Winnie et ses enfants étaient venus voir Madiba à son retour de l’étranger. Ils y avaient conçu l’Opération Mayibuye, un plan de « renversement du pouvoir blanc par la force et la violence » Au début de juillet 1963, Lilliesleaf fut cerné et les conjurés arrêtés.
Même s’il n’était pour rien dans le projet Mayibuye, imaginé pendant qu’il était à l’étranger, l’affaire était très grave pour Mandela. Il était le chef du MK et il avait laissé à Rivonia des masses de documents rédigés de sa propre main.

"Un idéal pour lequel je suis prêt à mourir"

Le procès s’ouvrit à Pretoria en octobre 1963. La nature des documents était telle – y compris des citations recopiées par Mandela de textes de Staline et de Liu Shao Chi – que sa culpabilité, comme celle de ses coaccusés, ne pouvait faire de doute. Seraient-ils condamnés à mort.
Le premier plaidoyer de la défense fut un discours de Mandela lui-même, qui dura quatre heures. Il expliqua qu’il n’avait jamais été communiste et qu’il ne s’était allié avec eux que comme Churchill s’était allié avec Staline. Il souligna que les communistes avaient été le seul parti politique à traiter les Africains comme des êtres humains. « Je me suis voué à cette lutte du peuple africain, a-t-il déclaré. Je me suis battu contre la domination blanche et je me suis battu contre la domination noire. J’ai chéri l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle tous les hommes vivraient en harmonie et avec des chances égales. C’est un idéal que j’espère défendre ma vie durant. Mais s’il le faut, c’est un idéal pour lequel je suis prêt à mourir. »
La sentence fut rendue le 12 juin 1964. Mandela ne fut pas condamné à mort, mais à la prison à vie. Il avait 46 ans. Pretoria comptait bien que, quelques années plus tard, tout le monde l’aurait oublié.

Source Jeune Afrique

Par Jeune Afrique
Rédigé le Vendredi 11 Décembre 2015 à 08:00 | Lu 720 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Jeudi 26 Août 2021 - 18:12 Dulcie September

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter