Connectez-vous
BASANGO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Nelson Mandela, l'Africain du XXe siècle

Mandela, la troisième vie (1999-2013)

Nelson Mandela nous a quittés, le 5 décembre. Dans ce dossier les grandes périodes de sa vie. Des textes tirés pour l'essentiel de "Mandela, The Authorized Biography", par Anthony Sampson, publié pour la première fois en 1999 et plusieurs fois réédité depuis (HarperCollins Publishers, 2011, 704 p.).


2010. Nelson Mandela a fait sa dernière apparition publique lors de la finale du Mondial
2010. Nelson Mandela a fait sa dernière apparition publique lors de la finale du Mondial
Le 26 mars 1999, Nelson Mandela commence sa troisième vie. Il a 80 ans, et voilà déjà longtemps qu’il a été érigé au rang de héros. Ce jour-là, le chef de l’État fait ses adieux aux représentants du peuple, juste avant que se tiennent les élections générales qui verront un nouvel homme diriger le pays. Après « Nelson Mandela », le jeune avocat xhosa qui s’engage dans la lutte contre l’apartheid et passe vingt-sept ans en prison, après « Mister President Rolihlahla Mandela », le premier chef de l’État noir de la nation Arc-en-Ciel, voici venu le règne de « Madiba », ou « Tata » (« papa » en zoulou). Le grand-père, dorénavant, de tous les Sud-Africains.
Dès son élection, en 1994, Nelson Mandela avait prévenu qu’il ne briguerait pas de second mandat. Avant de laisser la place à Thabo Mbeki, le 16 juin 1999, il réitère son souhait de vivre une retraite paisible, loin de la fureur du monde, qu’il ne connaît que trop bien. Ses yeux sont abîmés par ses années de détention, ses oreilles un peu éteintes, ses jambes fatiguées ont du mal à le porter. Il estime avoir trop délaissé sa famille et veut se consacrer à sa nouvelle épouse, Graça Machel. Il souhaite se retirer avec elle à Qunu, non loin de son village natal, où les noces traditionnelles ont finalement eu lieu presque soixante ans après que Mandela a fui la région pour échapper à un mariage arrangé.

Les crevettes de Maputo

46664, un numéro célèbre. Celui du matricule du prisonnier Mandela à la prison de Robben Island. Le 1er décembre 2007 a lieu, à Johannesbourg, un concert baptisé 46664, pour récolter des fonds pour la lutte contre le sida.
46664, un numéro célèbre. Celui du matricule du prisonnier Mandela à la prison de Robben Island. Le 1er décembre 2007 a lieu, à Johannesbourg, un concert baptisé 46664, pour récolter des fonds pour la lutte contre le sida.
« J’ai joué mon rôle et ne demande qu’à m’effacer dans l’obscurité », annonce en juin 1999 le jeune retraité, qui se retire avec la majesté de ceux qui n’ont plus rien à prouver. Malgré ses dires, le couple ne sera jamais très enclin à aller s’enterrer là-bas, dans le Transkei, où le clan des Tembus attend de pied ferme qu’il vienne jouer son rôle, comme son père qui avait été conseiller du roi des Xhosas. Les Mandela vivront davantage entre Johannesburg et la capitale mozambicaine, Maputo, où le vieil homme avoue déguster avec délice les crevettes locales. Au début de sa retraite, Madiba s’occupe de ses 17 petits-enfants, comme un grand-père normal. L’humour et la générosité n’ont jamais quitté l’âme du héros et voilà qu’il en fait enfin profiter ses proches.

Lors de la passation des pouvoirs, Thabo Mbeki avait déclaré dans un éclat de rire : « Il faut que je trouve un petit boulot à Madiba, parce que les vieillards oisifs ont souvent tendance à faire des bêtises. » La boutade n’est pas si innocente. Conscient de son statut si particulier, Mandela sait qu’il n’a qu’à bouger le petit doigt pour que les caméras du monde entier se tournent vers lui et laissent dans l’ombre ceux qui tentent, difficilement, de lui succéder. Mais le héros planétaire sent encore vibrer en lui le génie du combat contre le racisme et les injustices. Il intervient à nouveau dans le débat national, comme en 2001, lorsqu’il sollicite une interview dans un grand journal pour fustiger l’arrogance de l’élite noire et pour prier le Congrès national africain (ANC) de venir à bout des divisions raciales. Il fait inévitablement de l’ombre à Mbeki et se permet de critiquer sa politique dans les réunions du parti. À chaque fois qu’il ouvre la bouche, le pays s’arrête et écoute.

À l’étranger, même topo. Officiellement, au début du XXIe siècle, Mandela n’est plus rien : ni chef d’État, ni chef de parti, ni même chef de clan. Et pourtant, les plus grands de ce monde se pressent à ses côtés pour capter un peu de son aura morale.
Il ne cache pas son opposition à la guerre en Irak. Il voyage beaucoup, à Washington, New-York, Londres, en Europe, en Afrique (il est resté proche des processus de paix en RD Congo et au Burundi)… Il dénonce la volonté de puissance et de domination des États-Unis, fustige la politique israélienne en Palestine. Regrette que l’ONU soit méprisée, en partie parce que son secrétaire général, Kofi Annan, est noir, estime-t-il.

Lutte contre le sida
Fort de son influence, Madiba s’engage surtout dans le combat qu’il estime le plus urgent du nouveau siècle : la lutte contre le sida. Il critique d’abord le gouvernement sud-africain pour n’avoir pas assez agi contre la pandémie, se présente à toutes les conférences internationales, appelle au petit déjeuner les milliardaires pour leur demander de contribuer à ses projets.

Mais la fatigue physique commence à avoir raison du résistant. Un cancer de la prostate en 2001 et les conséquences des longues années de détention ont usé ce grand corps. Le 1er juin 2004, il annonce publiquement « une réduction significative » de ses activités publiques. Pour les Sud-Africains, le couperet est tombé. « Je suis sûr que personne ne m’accusera d’égoïsme si, alors que je suis encore en bonne santé, je demande à passer du temps avec ma famille, mes amis et aussi avec moi-même. » Encore ce mélange détonant d’humour et de vanité dont il a fait preuve toute sa vie.

Mandela devient invisible. Quelques apparitions, de temps à autre, rappellent au monde qu’il n’a pas encore rejoint la terre poussiéreuse de Qunu. Il a été nommé ambassadeur de bonne volonté par l’Unesco en 2005, puis ambassadeur de conscience pour Amnesty International en 2006. La même année, il a laissé les autorités de son pays utiliser son image pour que l’Afrique du Sud remporte l’organisation de la Coupe du monde de football en 2010. Il a même fait une apparition cette année-là – la dernière publiquement – dans le stade, lors de la cérémonie de clôture.

Mais la dernière fois qu’il s’est fendu d’un véritable message à l’intention du monde entier, c’était en janvier 2005, lors des funérailles de son dernier fils encore en vie. « Mon fils est mort du sida », a-t-il dit de sa voix plus rocailleuse que jamais. « Une maladie normale dont il faut parler ouvertement. » Et la seule bataille de sa vie que l’un des plus grands hommes du XXe siècle n’aura pas remportée…

Source Jeune Afrique

Par Jeune Afrique
Rédigé le Mercredi 16 Décembre 2015 à 08:00 | Lu 624 fois | 0 commentaire(s)






À lire aussi :
< >

Vendredi 16 Juillet 2021 - 22:14 Sardoine Mia

Jeudi 7 Janvier 2021 - 12:25 Henri Lopes

L'OEIL DE BASANGO | LISAPO | TAM-TAM | TENTATIONS | ÉCONOMIE | DÉCOUVERTE | BASANGO TV | BONS PLANS







    Aucun événement à cette date.




Afropunk célèbre la créativité des cultures afro

La dernière édition parisienne du festival underground américain a révélé toute l'étendue des cultures afro-descendantes.

Un foisonnement de couleurs et de motifs influencé par l'Afrique
Né à Brooklyn en 2005, le festival alternatif Afropunk a essaimé aux quatre coins du monde, d'Atlanta à Londres, de Paris à Johannesburg en l'espace de treize ans. Présent pour la quatrième fois dans la capitale le week-end dernier, l'événement célèbre l'affirmation des cultures noires décomplexées et dénonce toutes formes de discriminations raciales, physiques ou sexuelles. « Ce mouvement traduit la volonté de dire que les Noirs ne sont pas associés à un type de musique en particulier », précise l'essayiste et documentariste Rokhaya Diallo qui a animé une des deux journées. « C'est une manifestation extrêmement bienveillante qui prône une forme de liberté que l'on croise dans le public », poursuit-elle. « J'adore m'apercevoir que le spectacle est autant parmi les festivaliers que sur scène, dans les looks des gens se dégagent quelque chose de spectaculaire. » Ouvert absolument à tout le monde, le succès de la formule repose sur un savant mélange d'une programmation musicale éclectique mêlée à la mode, l'art et la ripaille avec une vingtaine de food trucks. Preuve du succès, la manifestation a déménagé du Trianon à La Villette l'année dernière et affichait complet pour cette édition avec 8 000 personnes aux styles vestimentaires pointus. Poids plume à côté du mastodonte new-yorkais et de ses 90 000 spectateurs, la déclinaison française attire déjà les voisins, du Benelux à la Grande-Bretagne, puisque près de 40 % du public est étranger.

ROGER MAVEAU
28/11/2018




Facebook
Instagram
Twitter